Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets
CELESTE

CELESTE


Fournisseur d'accès Internet Haut Débit pour les entreprises


Jeux Vidéo : Aven Colony de Team 17 : Test PC.
Posté par JerryG le 26/7/2017 12:00:00 Articles du même auteur

Il y a quelque temps, je vous ai touché un petit mot sur ce spécifique City-Builder « Indé » à la sauce Sim-City, Skyline et autres Anno, qu’est Aven-Colony. Le jeu est sorti et me voici nommé : Gouverneur d’une future colonie.

Mais pour un contrat éphémère d’administrateur, car si je ne remplis pas mes objectifs, et bien les colons vont m’éjecter, sans parachute doré, ni indemnités, avec en prime, une fin du jeu, et le fameux Game-Over.

 



Alors, autant vous l’avouer tout de suite, je suis fan des jeux de Gestion de Civilisation, mais pas vraiment fan des jeux indés. J’ai toujours considéré que le jeu est une histoire de pro, quoi. Les indés me faisant penser plutôt à des Geeks, comme Monsieur Jourdain, qui faisait de la prose sans le savoir.

Eh bien là, après avoir reçu une version « béta » dont j’ai aussi horreur, car bien souvent elle ne reflète jamais la finalité du jeu que vous achetez, j’ai donc attendu qu’une « vraie » version montre le bout de son nez, pour mieux vous en parler.

C’est chose faite. Quoique là aussi, la localisation des dialogues et des interfaces n’ont pas été en totalité refondue. Mais entre-nous, c’est parfaitement jouable et il n’y a pas vraiment de difficulté de compréhension. Moi-même dont le niveau en Anglais suffit tout juste à survivre au pays de Kate, je m’en suis sorti comme un prince, oui, Harry si vous voulez.

 



Vous voici promu Gouverneur de la cité. Les robots terra-formeurs ont installé les premiers modules de survie sur la nouvelle planète en voie de colonisation. La belle conseillère Veronika Colton vous aidera dans l’accomplissement de vos taches, mais attention, elle ne décide pas pour vous, elle vous chuchote juste quelques orientations, judicieuses.

De prime abord, Aven Colony se veut luxuriant, c’est beau, voire même très beau et si vous possédez une machine adéquate, vous tomberez sous le charme de la magnificence. Les cycles des saisons risquent bien de vous poser de sérieux soucis, si vous jouez les cigales, sans compter sur les aléas climatiques qui dérèglent votre belle mécanique, vous privent de ressources vitales et évidemment génèrent du mécontentement chez les colons, ce qu’il faut éviter avant tout.

Mais on se souviendra aussi, que la démocratie, ce n’est pas de dire « amen » à tout un chacun dans le but de collecter un bulletin de vote, mais c’est avant tout de satisfaire un maximum de colons en leur procurant, sécurité, nourriture, gîte et santé. Des fonctions régaliennes que tout bon gouverneur se doit de respecter à la lettre.

 



Pourtant de nombreux impératifs vont vous donner l’occasion de vous mettre à dos la population, mais le but reste le même, la quête du bonheur et de la sérénité, avec abondance et variété, pour les principales ressources en respectant la chaîne alimentaire et la chaîne de production. Des colons heureux font un gouverneur reconduit dans ses fonctions.

Si vous avez fait quelques mandats comme maire, alors Aven Colony a été pensé pour vous, sans le problème récurrent du trafic routier, ici l’atmosphère des planètes oblige la construction de tunnel sous atmosphère respirable. Pas de circulation intempestive, pas d’embouteillage, que des piétons se rendant à leur tâche quotidienne.

D’ailleurs à ce propos, pour connaître les pensées d’un colon, il vous suffira de monopoliser l’ « œil de Dieu », en sélectionnant l’une des innombrables caméras de surveillance et de désigner ledit colon, et vous saurez tout sur tout, le concernant, à la manière d’un Big-Brother. Car comme me disait mon maître : « Qui détient l’information, domine le monde ».

 



Les pensées intimes des différents colons dans des secteurs différents, vous en apprendront sur les questions existentielles qu’ils se posent, travail, qualité de vie, niveau de bonheur, gite, couvert, etc., etc., toute une ribambelle de données qu’il vous faudra exploiter afin de peaufiner ici et là les solutions à apporter.

Quant à la construction des bâtiments et autres infrastructures, elle est confiée à des drones, pilotés par des salariés confortablement installés derrière leur pupitre de commande. Mais sous vos ordres, sans oubliez que vous avez des comptes à rendre à la haute Autorité qui sait vous récompenser ou vous punir si vos objectifs manquent à l’appel. Soignez vos objectifs, rendez heureux vos colons ne sont que les principales qualités d’une pleine réussite.

Aven Colony ne dépareille donc pas du City-Builder que l’on connait, mise à part évidemment que la situation a lieu dans le futur, aussi je vous encourage à vous adonner au tutoriel d’apprentissage de l’interface et ce dans les différents modules des connaissances, cela vous servira par la suite.

 



La prise en main se veut donc immédiate et nul ne sera dépaysé, les mécanismes qui ont fait la réputation des City-Builder demeurent ancrés au plus profond et Aven Colony n’y échappe pas. C’est pour cela que vous appréhenderez le jeu comme en terrain conquis. Quelques subtilités de Gameplay devraient agrémenter le tout, pour votre plus grand bonheur, celui des défis quotidiens.

Dès votre nomination au rang de gouverneur, les clés de la citée vous ont été remises et de nombreux objectifs seront à remplir. En prime de votre réussite, vous touchez des récompenses sous forme de bonus de mission, comme de la nourriture, des matières premières et surtout des Nanites. Ce sera votre ressource/monnaie, en vigueur sur les différentes planètes que vous visiterez en tant qu’administrateur.

Mais au fil de votre avancement dans l’édification de la Cité, vous pourrez produire vos propres nanites, une façon de devenir parfaitement autonome sans recours aux navettes de réapprovisionnement envoyées par le vaisseau mère, pour combler vos lacunes médiocres de gestionnaire des ressources et de l’avancement de la colonisation.

 



Sous leurs abords enchanteurs et colorés, les planètes à conquérir et à coloniser, devront vous inspirer respect et admiration, les amateurs de « Fen Chiu » devraient s’y sentir à l’aise, quant aux autres, ils ne resteront pas insensibles à toute cette beauté. Mais il ne faudra pas s’y tromper, si les taches de survie vont vous occuper une bonne partie de la journée, tout en étant au four, au moulin et au magasin, le climat, la faune et la flore se mêleront à vos soucis.

L’hiver galactique draine son lot de misère, les spores des fleurs empoisonnent l’atmosphère et la faune vous voit comme des Aliens, qu’il faut éradiquer de la planète pour retrouver une certaine candeur et une harmonie céleste. Vient donc l’heure du rationnement, de la pénurie et de l’offensive/ défensive en produisant de l’armement. C’est un peu comme sur terre, il n’y a pas de zones en parfaite harmonie qui ne cachent pas son côté obscur et mon maître me le répétait sans cesse, « si vis pacem, parabellum ».

Bien que l’on puisse considérer qu’Aven Colony trouve sa place dans le genre City-Builder, ce serait réducteur de s’en cantonner à cette remarque, car Aven Colony va plus loin qu’une traditionnelle construction de cités, car ici, vous aurez la possibilité d’explorer la planète et pour certaines d’entre-elles, elles abritent en leur sein des trésors anciens. Des artéfacts extraterrestres.

 



Votre rôle de gouverneur ne se cantonnera donc pas uniquement à bien gérer la city, en vous préoccupant du bien-être de vos colons, mais aussi à en extraire les ressources inédites.

Détachez une escouade de colons à l’exploration et ramener dans les soutes de vos navires (oui, enfin c’est l’image, hein), les précieuses reliques aliennes. On ne sait jamais, vos laboratoires de recherches y puiseront peut-être la substantifique moelle.

Je vous citais mon maître sur son concept relatif à la guerre. Aven Colony n’y échappe pas, car pour survivre, il vous faudra vous défendre et massacrer, les grands conquérants y ont fait leur première arme.

Edifiez autour de la citée, des murs de tourelles au plasma, alliés à des pylônes Tesla, ainsi que d’autres constructions défensives, car ne l’oubliez pas, vous vous devez de protéger vos colons contre les envahisseurs, mais qui entre-nous, sont les habitants des planètes que vous colonisez.

 



Bien sûr le côté défensif assurera une certaine sérénité au sein de la colonie, mais vous pourrez aussi en tirer un bénéfice, car chaque tir des tourelles à plasma peut apporter un gain sur l’environnement comme sur le climat, c’est grandiose, d'ailleurs, vous prendrez le temps de faire une pause et d’admirer les éléments déchaînés.

Afin de bien vous lancer dans Aven Colony et d’édifier des citées à votre image, « prenez de la peine et 100 fois sur le métier, remettre son ouvrage » me disait mon maître. Et bien ici, vous ne serez pas en congés, vous devrez courir partout afin de régler plusieurs problèmes à la fois, nourriture, production, défense, structures, etc. En un mot, de nombreux défis vous attendent.

Alors en complément, vous devrez aussi prendre en compte le cycle des saisons et le temps qui s’écoule, un défi de taille, très peu exploité dans les city-builders, Aven-Colony y fait donc la part belle, alors mettez-vous au travail. La tâche s’avère ardue et retroussez les manches. .. Les cycles jours et nuit auront également une influence sur la productivité, sur le morale des troupes comme on dit, et il faudra en tenir compte.

 



Par exemple, le temps est divisé en « sols », une notion inconnue sur Terre, mais sachez que cela équivaut à une semaine Terrestre. Ces sols sont à leur tour divisés en saisons, l’hiver galactique correspondant plutôt à la nuit, attendez-vous à du sale temps comme on en connaît sur terre, vents glacés, averses diluviennes de neiges et de glace, le tout agité par la foudre qui risque d’endommager vos constructions, alors prenez toutes les dispositions de sûreté et de sécurité pour assurer les moindres maux.

Toutefois avec tous ces désastres, Aven Colony vous épargnera celui des incendies ravageurs où la dispersion des casernes de pompiers posait problème. L’atmosphère régulée d’Aven confinée dans les nano-bulles habitables, permet justement d’endiguer les incendies. Car le niveau en oxygène a été réduit.

Mais je vous en touchais un mot plus haut, d’autres menaces se tapissent dans l’ombre des cycles galactiques, comme les spores adhésives des champignons extraterrestres qui s’accrochent tout partout et polluent vos constructions, alors, organisez la lutte via des contre-mesures. Car à négliger ce phénomène qui semble non-agressif, vous risqueriez de le payer au prix fort.

 



Multipliez et mettez en batterie des tourelles à plasma et dépêchez vos drones épurateurs, votre colonie n’est pas faite pour être phagocytée.

Aven Colony ne vous laissera pas le temps de rêver, car tout comme sur Arrakis, une menace encore plus sournoise attend le moment idéal pour vous attaquer, vous devrez lutter corps et âme sous peine de voir votre colonie détruite par les vers des sables et vous ramène à la réalité, la menace extraterrestre existe et entend s’imposer sur son territoire. Elle est loin la Terre avec ses régions paisibles.

Aven Colony fait partie des fameux city builders, et pour une fois, c’est l’espace et ses planètes à coloniser qui seront votre aire de jeu. Le vaisseau-mère vous emporte vers des planètes en « Or » favorables à l’expansion humaine.

 

 

Vous y implanterez votre colonie et exploiterez les diverses ressources tout en développant le commerce avec la Terre nourricière et assurerez défense et autonomie.

Aven Colony ouvre une nouvelle voie aux City-Builders, des graphismes colorés et soignés, des missions à foison de quoi diriger de multiples planètes variées, afin d’exercer vos multiples talents de gestionnaire et de militaire, en espérant le renouvellement de votre mandat de gouverneur à l’issue de votre année stellaire.

Pour un premier jet, Aven-Colony s'en sort avec les honneurs, les amateurs du genre resteront sur leur faim, les combats et les transports auraient mérité d'être plus approfondis et plus ravageurs, ainsi qu'une musique de fond également plus présence, le mode "bac à sable" a semble t'il été omis. Les différents chapitres se valident par vos résultats successifs, quant aux petits nouveaux colons, ils découvriront qu'il n'y a pas que Sim-City dans la vie d'un administrateur.

 

 

Test réalisé sur un PC Business/Gamer :

Proc. Intel Core i5 à 3,30 GHz - 16 Go de Ram DDR3 Kingston HyperX - Carte Graphique MSI-GeForce-GTX 980- 4 Go DDR5 - Ecran AOC Incurvé 35" - 21:9 en 2560*1480*160 -

SSD Crucial M550 de 512Go + DD 1 To - Windows 10 Pro en 64 Bits - Clavier Steelseries-Apex - Souris Gaming Razer Epic Naga Chroma- Tapis de souris The G-Lab - Hub Roccat-Apuri - Ensemble audio Logitech 2.1- Z523 Casque-Micro SteelSeries Syberia V3-Prism.

Copyright © *2017* *le Journal de la Next-Gen*, All rights reserved.

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -




Autres articles
22/9/2017 15:00:00 - Crossout : Les enfants de l'Aube, le pouvoir des sciences avancées
22/9/2017 14:30:00 - Attaque artificielle vs Défense artificielle
22/9/2017 14:00:00 - Raiders Of The Broken Planet : Disponible, PC, Consoles
22/9/2017 13:30:00 - Klim Domination : Le clavier mécanique Gaming
22/9/2017 13:00:00 - Protection des données personnelles : êtes-vous prêts ?
21/9/2017 15:00:00 - Ironsight : FPS tactique bourré d'action !
21/9/2017 14:30:00 - CyberLink PhotoDirector 9 : Créez de l'art photographique
21/9/2017 14:00:00 - Warhammer II : Voir le paradis et mourir.
21/9/2017 13:30:00 - Savez-vous vous protéger en ligne? : Conseils
21/9/2017 13:00:00 - Gal*Gun 2 : PlayStation 4 & Nintendo Switch !

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Bitdefender
Publicité





© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité