Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets

Jeux Vidéo : Frostpunk : Gestion-Survie-Glaciale, Test PC
Posté par JerryG le 22/5/2018 14:00:00 Articles du même auteur

Mon maître me disait : « Entre deux maux, il faut choisir le moindre » et « l’on ne peut contenter tout le monde et son père », c’est ce que nous proposent les petits gars de 11 bit, un studio polonais (auquel on doit déjà le fameux This War of Mine), avec le jeu FrostPunk, un jeu de gestion/survie à vous glacer le sang, car vous seul pouvez sauver l’humanité, mais à quel prix !

Une fois encore, tout comme Mc Lean, vous voici pris dans le maelstrom d’un monde en perdition, mais ici, pas d’ennemis extraterrestres à combattre ou quelques envahisseurs d’une autre région, ou des monstres antédiluviens revenus à la vie, ou des malfrats, non, ici votre principal ennemi, se nomme Blizzard et froid polaire.

 



Mais ce ne serait que simple partie de plaisir si le jeu s’en tenait à ces facteurs climatiques, le pire reste à venir, vous êtes vous-même, l’ennemi personnifié par excellence, par vos réactions humaines, car vous voici à vouloir sauver la chèvre, le chou et le loup, sans dommage collatéral, autant être franc, vous n’êtes pas Ethan Hunt. C’est mission impossible... !

Alors, si j’ai une information à vous faire partager, ce serait : « Oubliez vos bonnes manières, balayez d’un revers de la main votre bonne éducation et rangez au placard tous vos bons sentiments altruistes ou écologistes », votre but étant de sauver de pauvres âmes en tranchant dans le vif, si vous souhaitez survivre à la prochaine journée glaciale.

Frostpunk narre l’uchronie d’un monde post-apocalyptique, la terre et plus particulièrement la terre de Kate balayée par une tempête de neige éternelle, connaît ses derniers sursauts de vie, vous dirigez une équipe de survivants, niché dans un ancien cratère volcanique au milieu du quel trône majestueusement un haut-fourneau, une espèce de chaudière géante, crachant du sang et de la sueur, mais c’est votre seule obsession, le poêle doit tourner coûte que coûte.

 

 

Vous êtes le Capitaine, tout repose sur vous et tout un chacun attend vos décisions, mais sans forcement les boire jusqu'à la lie.

Inutile de tergiverser, Du haut de votre domination, vous voici aux commandes et une obsession maladive vous tenaille l’estomac, vous devez tenir le coup, enfin vous devez vous assurer que le poêle géant turbine H24, afin d’assurer un peu de chaleur humaine à votre colonie.

Comme dans tous les jeux de Gestion, le début de votre périple s’avère plutôt aisé, assurez le quotidien vital de vos oies. Glanez ici et là des matériaux de base comme le charbon pour le chauffage, le bois pour la construction des bâtiments, et des abris de chasseurs pour le ravitaillement, sans oublier une unité sanitaire pour soigner les bobos, etc... !

C’est au travers de l’Atelier que vous aurez accès à l’arbre des Technologies afin de vous faciliter la vie pour en assurer la pérennité, car c’est bien là votre souci majeur.

 

 

Le froid, la neige, le vent contribuent à l’appauvrissement de votre civilisation, il faudra donc chauffer et s’assurer que tous profitent du rayonnement bienfaiteur et calorifique sous peine de voir vos travailleurs, congeler dans la nuit polaire et de constater que le haut-fourneau est aussi froid que les cadavres de la colonie.

Pour cela rien de plus simple en apparence. Il suffira de disposer les bâtisses et structures adéquates en cercles concentriques, tout autour du poêle, comme cela, tout un chacun (je parle des bâtiments) sera sous l’effet de la chaleur, tout en sachant aussi que plus on s’éloigne du centre du poêle, la chaleur diminue.

Alors, il va falloir "vaille que vaille" veiller à la bonne alimentation du haut-fourneau, cela ferait désordre de constater que vos colons ont tous contacté la grippe. Donc, inapte au travail, ce qui nuira à la bonne marche de la survie du village isolé.

 



Vous serez donc, comme me disait mon maître : « Au four, au moulin et au magasin », car outre l’approvisionnement à assurer, il ne faudra pas négliger les avancées technologiques, c’est ici que vous apporterez un plus indéniable à la colonie.

Avant toute chose, prenez le temps de vous familiariser avec votre environnement. Celui-ci se veut plutôt inhospitalier et le temps (sans mauvais jeu de mots) demeure votre ennemi premier. Alors c’est une course contre la montre.

Comme vous devez redémarrer le générateur, il vous faut des ressources comme du bois et du charbon. Pas besoin de sortir de St. Cyr pour piocher une veine de charbon, alors repérez les dépôts de bois, les déchets de bois, les tas de ferraille, etc. Implantez le bâtiment adéquat à la collecte de la ressource et essayez de concentrer les récoltes pour un même bâtiment.

 



Afin de faciliter la progression de vos ouvriers, érigez éventuellement des routes, affectez du personnel à la ramasse et glaner tout ce qui peut bruler afin de relancer le haut-fourneau dans le but de produire de la chaleur, de l’énergie et d’apporter un réconfort à vos colons.

Pour arriver à vos fins, il vous faudra affecter du personnel aux diverses taches de récoltes (denrées comestibles, matériaux de construction, etc.). Et pour compléter le tout, il faudra le faire vite et d’une manière efficace, ouvriers, ingénieurs, peuplent votre colonie, alors comme mon maître me le disait : « A chacun son métier, et les bovins sont bien gardés ».

Ceci dit, hiérarchisez votre organigramme, les ouvriers sauront quoi faire et les ingénieurs aussi. Mais en cas de besoin, vous pourrez affecter les uns et les autres à des taches communes urgentes pour votre sauvegarde, en cas de pénurie drastique de vos ressources, car sans ressources, plus d’espoir et de vie.

 



Si les ouvriers représentent les abeilles travailleuses, les ingénieurs auront en chargent le développement des technologies et leur avancement des travaux, feront progresser les habitants grâce à de meilleures conditions de vie.

Mais sachez que chaque technologie dévore des ressources. (Bois, acier, etc.), ce sera donc pris sur vos stocks de matières et ne perdrez pas de vue que le poêle consomme comme un tanker asthmatique des années 80.

En même temps que vous amassez des denrées, vérifiez le niveau de vos stocks, et lancer le poêle géant, aussitôt la chaleur va rayonner tout autour du haut fourneau et c’est à ce moment là que vous y construirez des maisons pour vos colons.

 

 

Abris, nourriture, soins et éducation seront vos priorités, en tout cas pour moi, c’est là-dessus que je capitalise.

Tout renouveau de société a besoin de lois et de décrets pour fonctionner, Frostpunk ne déroge pas à la règle, de temps en temps, tous les 18 mois pour être précis, vous aurez à prendre une décision primordiale et à trancher pour le bien ou le moins pire du devenir de votre fondation naissance.

Ainsi, est-il bon de faire travailler les enfants afin d’accroître les ressources, ou de les éduquer pour un avenir incertain. ?. Ce sera à vous de signer ce décret. Chacune de vos décisions aura un impact sur le moral et l’espoir de survie.

Du mécontentement dans la population ou des louanges à votre égard, quoique, certaines décisions peu favorables dans l’immédiat, pourrait bien être mise à profit dans l’avenir.

 



Ainsi, vous n’échapperez pas à voir vos compagnons mourir de froid ou de faim. Faut-il alors garder les corps enfouis dans la neige où ils congèleront en prévision de l’utilisation future de leur corps, ou faut-il les « enterrer » afin de leur rendre une digne sépulture.

Prenez vos responsabilités en connaissance de cause. Car toute décision influence le futur et draine son flot de conséquences plus ou moins heureuses, malheureuses.

Une fois la chaîne d’approvisionnement maîtrisée, les progrès technologiques ne tarderont pas, car pour avancer, il faudra développer vos recherches en ingénierie, ce sera aussi là à vous de décider quelle avancée ou recherche à effectuer.

Bien sûr, vous devrez peut-être prêter une oreille attentive à ceux qui vous interpellent pour le bien-être du village, mais sachez une fois encore que vous pouvez ne pas tenir compte des avis de la foule et en faire qu’à votre tête.

 



Devez-vous tout axer sur la production d’énergie tout en gardant une main mise sur la gestion de la nourriture, sans oublier les traitements médicaux et l’exploration une fois sortit du cratère dans lequel vous vous êtes embourbé. ?

Chaque avancée vers un jour meilleur apporte son lot de « misère », ainsi la venue de colons supplémentaires suite à des missions de secours ne seront-ils pas un frein à votre expansion. ?

Surpopulation, maladie, famine, seront également des problèmes additionnels à régler au plus vite, sous peine de mécontentement et de révolte. Vous serez donc tiraillé de haut en bas et de droite à gauche dans vos réflexions pour vos prises de décisions.

 



Car souvenez-vous, chaque décision influencera l’avenir de votre groupe, soit immédiatement, soit dans un avenir proche, d’autant plus que si les principaux problèmes d’approvisionnements ne suffisaient pas, la météo capricieuse varie d’un -20° relativement confortable à une -40° terrible qui vous oblige à tirer plus que le maximum du poêle pour garantir un semblant de confort.

Alors au risque de tout faire exploser, axez vos R&D dans ce qui vous semble le plus urgent à pallier. Ce combat individuel, vous allez le mener en votre âme et conscience, cela irritera vos nerfs et votre altruisme naturel sera aussi malmené, l’humain vaut-il vraiment tous vos efforts. ?

Contenter les uns ne plaira pas forcement aux autres, il vous faudra jouer les équilibristes, même si quelque fois, vous serez obligé d’écraser des pieds et de bousculer la susceptibilité des autres, ce ne sera que pour « La Cause », votez des lois pour modifier le cœur même de la vie de votre communauté.

 



Il n’est jamais aisé de prendre des décisions drastiques et souvent cruelles, êtes-vous pragmatique ou altruiste et l’empathie gagne t’elle sur le réel de la situation… !. Vous devrez répondre.

Tout mécontentement génère de la violence, fermez-vous les yeux sur ces groupuscules qui entendent faire régner la loi, même si des blessés s’accumulent. Encouragez-vous les combats dans une arène afin de divertir vos colons et de canaliser leur trop plein de fatigue et leur ventre affamé. ?

Frostpunk, jour sur ce registre et vous pousserait presque à commettre l’irréparable et à succomber à la facilité de tout envoyer « valdinguer », cette montée en pression (comme le poêle géant), ne risque-t-elle pas de vous envoyer directement dans le mur. ?

 



Cet ascenseur émotionnel mettra vos sens en alerte à chaque changement de vos états d’âme, mais à bien y regarder, c’est ce qui fait la beauté même du jeu, vous pousser à jouer les Pyrrhus pour en savourer la facilité et la plénitude et ainsi évitez de voir vos actions torpillées aux moindres faux-pas.

Si This War Of Mine avait ouvert une brèche dans le genre, Frostpunk par son coté sombre, joue dans un autre registre, le froid et l’éthique individuelle joue au jeu du chat et de la souris et il ne sera pas rare d’être bien souvent sur la corde raide, pour s’affranchir des beaux concepts altruistes et franchir la ligne rouge, pour mener votre « guerre ».

La cruauté de FrostPunk ne laisse pas le choix au bon sentiment, le facteur temps et climatique joue contre vous, vous n’avez pas vraiment le temps de la réflexion, de conflit cornélien à tempête sous un crâne, le risque sera grand de tomber dans la facilité d’appliquer la méthodologie la moins pénalisante.

 



Si le jeu vous emportera pour une quinzaine d’heures, les différents chapitres vous laisseront un bon goût et heureusement FrostPunk se veut rejouable avec la même sensation de vouloir faire toujours mieux.

Si la gestion, les défis, la course contre le chronomètre sans oublier les challenges sadiques et les changements radicaux de situation sont des facteurs de jouissance pour vous, Frostpunk vous emportera dans un état extatique, malgré les hauts et les bas de morale.

Frostpunk vous saisira par sa beauté froide et la noirceur de son âme, et croyez-moi, vous en goûterez la substantifique moelle, le jeu se veut addictif et vous pousse dans vos retranchements, grâce à sa stratégie rondement ficelée. la musique d'ambiance jouera avec vos nerfs, comme un fait exprès.

 



Mais à bien y réfléchir, faut-il céder à l’appel des sirènes ou jouer les Pyrrhus pour remporter un challenge, notamment quand il s’agit de survie. ?. Tous les coups sont-ils vraiment permis. ?... !

Ce sera à vous de répondre à cette question. !

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -




Autres articles
21/10/2019 15:00:00 - Munchkin Quacked Quest : 19.11 sur PC et consoles.
21/10/2019 14:30:00 - Zumba Burn it Up : Sur Switch en précommande.
21/10/2019 14:00:00 - Ran Lost Island : UNe bande-annonce
21/10/2019 13:30:00 - L’influence des robots sociaux sur les humains
18/10/2019 15:00:00 - Moons of Madness : Nouvelle vidéo de gameplay effrayante.
18/10/2019 14:30:00 - Moniteur Philips 346B1C avec station d’accueil USB-C :
18/10/2019 14:00:00 - Apex Legends : L’invasion des morts-vivants.
18/10/2019 13:30:00 - Protégez son smartphone : Des conseils simples.
17/10/2019 15:00:00 - Control : Action-aventure, Le mode photo
17/10/2019 14:30:00 - Override Mech City Brawl : Nintendo Switch.

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Bitdefender



www.bitdefender.fr

Bitdefender






© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité