Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets

Jeux Vidéo : PathFinder KingMaker RPG test PC
Posté par JerryG le 2/10/2018 14:00:00 Articles du même auteur

Les amateurs de jeu de rôle médiévalo-fantastique ne devraient pas être déçus, au contraire, leurs marques séculaires retrouvées, ils se plongeront dans PathFinder Kingmaker, un RPG taillé aux ciseaux pour eux, les autres découvriront une approche profonde des jeux de rôle.

Il me semble que dans les jeux de rôle actuellement en service, une tendance pointe à grands renforts d’estoc et de têtes entrecoupées, un retour en arrière si vous préférez, à la sauce des grands RPG d’antan, de Baldurs-Gate aux excellents Pillars Of Eternity 1 et 2.

 



Si le RPG en temps réel a trouvé son public depuis longtemps, quelques puristes y préféraient le tour par tour, histoire de stratégie de combat à mener dans le bruit et dans la fureur des combats sanglants.

Et pour couronner le tout, Pathfinder Kingmaker s’inspire de la célèbre franchise Pathfinder de Paizo, véritable référence du jeu de rôle médiévalo-fantastique, les joueurs découvriront alors le tout 1er jeu de rôle en 3D isométrique.

Pathfinder Kingmaker reprend donc des valeurs qui ont fait le succès des RPG narratifs qui mêlent à la fois le coté aventure, histoire et combats au tour par tour en impliquant le joueur où chaque prise de décision influence le cours du jeu et la réactivité des PnJ et compagnons envers votre égard.

Comme dans tous les jeux de rôle, le coté lecture, texte et choix des dialogues ont été mises en avant, alors du texte vous allez en savourer la pertinence et la cruauté des mots, des dialogues vous allez en faire, car mon maître me le disait : « Du dialogue jaillit la lumière », et des livres à étudier pour y glaner des informations, vous allez aussi en déguster, une façon de s’immerger dans un monde de magie, de trahison et de combats dantesques et gores.

 



L’une des plus belles parties du jeu consiste évidemment en la création de son personnage, un incontournable dans le RPG et Pathfinder Kingmaker, n’y déroge pas, au contraire, ici, il y a pléthore de choix, de possibilités et de combinaisons. Une « overdose » hallucinante pour les novices, mais délicieusement fascinante pour les habitués.

Mon maître me le disait aussi : « 100 fois sur le métier remettre son ouvrage », et là les possibilités étant gargantuesques, il faudra trancher entre deux belles capacités, de quoi vous faire tourner la tête, mais le résultat en vaut son pesant de pièces d’Or.

Bien sûr, le sexe du personnage n’influence pas ses caractéristiques, vous pouvez jouer un personnage masculin ou féminin, vos caractéristiques de départ comme la Force, la Dextérité, la Constitution, la Sagesse et le Charisme se valent équitablement.

Pathfinder Kingmaker assure donc une parfaite égalité entre homme et femme, c’est surtout la Classe de votre personnage qui modifiera les caractéristiques de départ, car ici aussi, Pathfinder Kingmaker use et abuse pour notre plus grand plaisir dans le choix diversifié de la Classe du personnage.

 



Vous adorez le corps à corps, le contact brutal et sanglant, vous préférez discuter avec une hache dans chaque main en laissant la diplomatie aux faibles, afin de défendre la veuve et l’orphelin, alors du Guerrier au Paladin, vous aurez le choix sans oublier le Barbare et le Nain grognon. Au contraire, le combat à distance a toujours été votre prédilection, de l’Elfe ou Rodeur, là aussi il vous faudra choisir.

L’arcane et la magie vous fond fantasmer, vous vous enivrez non pas à la bière des nains de la Cuvée des Trolls, mais à la jouissance des effets dévastateurs des sorts perfides en préférant voir geler et brûler vos adversaires, vous serez servi sur un plateau d’argent rempli de cendres fumantes dans le choix de votre personnage, de Mage à Druide, les sorts et autres envoûtements seront vos armes de prédilection.

Druide, Elfes, sorciers, prêtres et bien d’autres complètent la distribution des personnages tous plus intéressant à jouer, ce sera suivant votre humeur et votre style. L’avantage dans un RPG comme Pathfinder Kingmaker, c’est que vous pouvez vous fondre dans un avatar qui n’en est pas pour autant le reflet de votre vraie vie.

 



Votre personnage étant déterminé dans son type, sa classe il faudra lui attribuer une ou plusieurs compétences. Si certains personnages présentent des dispositions particulières, c’est dans cette rubrique qu’il faudra aussi vous attarder afin d’affiner votre personnage.

Athlétisme, Eloquence, Erudition, Connaissance, Mobilité, Perception, Discrétion, Doigts de Fée et utilisation d’objets magiques seront au menu. Etudiez chaque compétence pour mieux en connaître les effets sur le terrain.

Mais entendons nous bien, ce sera aussi suivant votre style de jeu que vous développerez ses compétences, ainsi, inutile de dépenser beaucoup de point en force pour un Mage ou un Druide, ce sera d’autres caractéristiques qu’il faudra augmenter comme la perception et l’utilisation d’objets magiques, etc.

Contrairement à un guerrier ou à un Paladin, la Force, la Constitution seront des valeurs sûres qui assureront la survie de votre avatar, qui prendra soin des plus faibles de l’équipe. Le guerrier étant en 1ere ligne, alors que les lanceurs de flèches et de sorts serviront d’artillerie pour nourrir un feu continu sur les ennemis.

 



Pathfinder Kingmaker s’inspirant de ses aînés (Icewindale, Neverwinter, etc.) apporte la notion d’Alignement, une caractéristique bien connue dans le monde des RPG, mais peu usitée, dommage car cela pose les questions sur la réflexion existentielle et la lutte permanente du Bien contre le mal.

L’Alignement c’est un peu le « Karma » de Fallout, vos actions, votre attitude personnelle et votre moralité symbolisent votre alignement et joue un rôle sur votre entourage, amis ou ennemis...

Ainsi vous pourrez être : loyal bon, neutre bon, chaotique bon, loyal neutre, neutre, chaotique neutre, loyal mauvais, neutre mauvais ou chaotique mauvais.

Dans Pathfinder Kingmaker, cette notion d’Alignement prend toute sa dimension, ainsi les animaux qui n’émettent pas de jugement moraux seront désignés comme neutre, tous comme les ours mangeurs d’Hommes seront neutres, car leur intelligence restreinte ne leur permet pas de faire la distinction entre le Bien et le Mal.

 

 

Cette notion d’Alignement impact votre personnage dans ses relations avec les autres et certaines situations qui semblent être réalisées dans le bon droit ou dans la sécurité se révèleront catastrophiques par la suite.

Voler un bien à autrui risque de vous attirer les foudres de ceux qui vous observent et vos compagnons risquent aussi de perdre leur confiance en votre « leadership ». Alors chacune de vos actions doit être pensée et réfléchies, il en va de votre devenir.

Mon personnage « Loyal Bon » se comporte comme un défenseur de l’ordre et de la Loi. Déterminé à lutter contre le Mal, suffisamment discipliné pour ne jamais cesser le combat. Il dit toujours la vérité, reste fidèle à la parole donnée, aide ceux qui sont dans le besoin et se dresse contre l’injustice. Il déteste voir les coupables impunis et s’élève contre l’injustice.

Mais ne nous y trompons pas, sous cet aspect de grand seigneur magnanime et altruiste, je forge mon personnage pour le combat brutal et sanglant et la pitié ne fait pas partie des qualités de cet avatar et je n’hésite pas à marcher sur quelques pieds pour passer en force et au besoin, éclater quelques têtes.

 



Mais il y a d’autres personnages à jouer et dans ce sens Pathfinder Kingmaker possède une rejouabilité des plus phénoménales, même si la trame de l’histoire demeure figée dans les écrits du barde.

Pathfinder Kingmaker, va vous permettre de choisir entre plusieurs modes de jeu, du plus facile au plus difficile, voire même impossible, à chacun son challenge, pour ma part, j’affectionne les parties personnalisées, où je crée un peu mon monde à moi tout en suivant une histoire dont le scénario reste à écrire.

Cela tombe bien d’ailleurs, car vous débutez votre histoire, sans vraiment de but ou de destination, le destin vous conduit sur le sentier d’une rédemption que vous découvrirez plus en aval de l’histoire. Un défi vous a été donné de remplir, mais vous n’êtes pas seul dans la course, d’autres prétendants entendent eux aussi se goinfrer d’une grosse part de gâteau.

Tranquillement installé dans la forteresse des Aldori et méritant un repos, de courte durée il faut l’avouer, des bandits pénètrent dans la demeure royale et massacrent tout sur leur passage, on vient vous chercher afin d’aider au mieux à défendre et à sauver la maisonnée.

 



Cette introduction dans le monde de Pathfinder Kingmaker sera l’occasion pour vous d’apprendre les rudiments du combat au tour par tour, une stratégie où la pause de l’action va vous permettre de donner des ordres à vos compagnons dans leur attaque.

Choisissez alors pour chacun d’entre-eux l’arme la plus efficace et lancez vous dans la bataille. Suivant vos données sur l’IA, chaque coup pourra ou non déclencher la pause du jeu, mais sachez que le combat en lui-même se réalise en temps réel.

Le mécanisme du jeu s’inspire du jeu de rôle Pathfinder, soit le résultat d’un jet de Dé à 20 faces (typiquement issu des RPG papiers), cela permet entre-autre de résoudre les attaques et les tests de compétences.

Tous les combats se déroulent de la même manière, il vous faudra maîtriser cette technique pour devenir un expert du combat. Chaque compagnon et/ou adversaire effectue un test d’initiative. Plus le résultat est important et plus un personnage verra sa réactivité augmenté. Les combats s’effectuent sur des rounds de 6 secondes, qu’il faudra mettre à profit.

 



Cela parait barbare, écrit comme ça, aussi en voici une petite explication plus simple.

Chaque attaque correspond à la tentative d’un personnage de frapper un adversaire. De nombreux facteurs entre en liste, comme l’arme utilisée, la capacité du combattant, etc. pour marquer et gagner, il faudra que le résultat du jet de Dé soit égale ou supérieure à la classe d’armure de l’ennemi.

Grosso-modo, plus la classe d’armure du personnage est élevée et plus il sera difficile de lui porter un coup. C’est justement ici que la « pause dynamique » intervient. Vous peaufinerez vos attaques en changeant d’arme, de sort, en vous soignant, etc. De plus, si une arme ou une action s’avère inefficace, vous le saurez, un moyen alors de rectifier votre posture.

Cela parait un peu fastidieux tout ça, mais rassurez-vous, Pathfinder Kingmaker le fait pour vous ; vous ne vous soucierez de rien, si ce n’est de prendre plaisir à jouer et à gravir les échelons afin de voir votre personnage gagner des PV et des PA qui le rendrons plus fort, plus puissant.

 



Les 1er combats étant plutôt fait pour votre apprentissage, vous en comprendrez le mécanisme, plus vite qu’il n’y parait et c’est là aussi toute la magie de Pathfinder Kingmaker, il a été pensé pour le plaisir de jouer, du nocive à l’aguerri, avec des challenges à la hauteur des compétences de l’avatar.

Si vous montez en puissance, vos ennemis s’adapteront à votre système de combat et à votre niveau, une façon de ne pas se reposer sur ses lauriers et d’apporter toujours un chalenge imprévu, qu’il faudra résoudre pour avancer.

Bien sûr on pourrait reprocher ce type d’approche et de méthode de combat, un peu brouillonne pour un RPG « old-school », mais cela n’a pas nuit à mon plaisir de jouer, même si quelque fois dans la mêlée, je me suis surpris à ne pas retrouver mes compagnons et à qui j’avais donné des ordres. Mais afin de me ressaisir, la pause salvatrice m’a aidée à retrouver mes petits. Et à aucun moment le plaisir a été vain.

Dans votre périple dans les terres Dérobées, certaines de vos actions seront mises à rudes épreuves, chaque évènement du terrain sera l’occasion pour vous obliger à prendre une décision. Elle aura des conséquences sur la suite, Pathfinder Kingmaker se déguste, vous y puiserez la substantifique moelle de l’aventure et de l’action.

 



Pathfinder: Kingmaker permettra aux joueurs d'explorer les terribles Terres Dérobées, la contrée sauvage et dangereuse bien connue des fans de Pathfinder. La version jeu vidéo de ce célèbre jeu de rôle sera l'occasion de redécouvrir des lieux et des personnages familiers de la série, mais aussi de proposer de nouvelles aventures aux joueurs.

Ces derniers affronteront de terrifiants adversaires et devront survivre à de nombreuses péripéties. Les amateurs de ce jeu de rôle sur table découvriront une nouvelle façon d'explorer son univers épique, et les fans de RPG feront l'expérience d'une nouvelle manière d'envisager leur genre préféré.

Pathfinder: Kingmaker mettra au défi non seulement l’esprit d’aventure mais également les qualités de dirigeant des joueurs. Ils devront explorer des territoires sauvages pour les conquérir et bâtir leur propre royaume à partir de rien.

La fondation d'un royaume ne se limitera pas à la construction d'une forteresse, mais reflètera le caractère et les choix du héros tout au long du jeu. Chaque royaume constituera un élément de jeu dynamique, défini par un alignement, des choix, des alliés et les capacités du héros à guider son peuple.

 

 

Des dialogues à l"emporte-pièce et un musique typée variant au fil de l'action, contribuent à un plongeon dans le passé, si les voix originales ont un peu tendance à agacer l'oreille, on regrettera que les voix françaises n'aient pas été implémentées.

Cela n'en gâche pas pour autant le gameplay, cela aurait ajouté un plus indéniable, en tout cas le texte traduit se veut d'excellente facture.

« Nous avons des plans ambitieux en ce qui concerne Pathfinder: Kingmaker. Nous voulons toucher un maximum de joueurs partout dans le monde, en le rendant facile d'accès tout en conservant les qualités inhérentes du jeu pour rester fidèle à sa communauté » déclare Oleg Shpilchevsky, Head du studio Owlcat Games.

Bon, ce n’est pas le tout, mais moi je cause, je cause, alors je vous laisse y jouer, vous m’en direz des nouvelles.

 

 

Test réalisé sur un PC Business/Gamer :

Proc. Intel Core i5 à 3,30 GHz - 16 Go de Ram DDR3 Kingston HyperX - Carte Graphique MSI-GeForce-GTX 980- 4 Go DDR5 - Ecran AOC Incurvé 35" - 21:9 en 2560*1480*160

SSD Crucial M550 de 512Go + DD 1 To - Windows 10 Pro en 64 Bits - Clavier Steelseries-Apex - Souris Gaming Razer Epic Naga Chroma- Tapis de souris The G-Lab - Hub Roccat-Apuri -

Key-Pad Razer Nostromo - Ensemble audio Logitech 2.1- Z523 Casque-Micro SteelSeries Syberia V3-Prism.

Copyright © *2018* *le Journal de la Next-Gen*, All rights reserved.

Note: 5.00 (1 vote) - Noter cet article -




Autres articles
13/12/2018 15:00:00 - Banner Saga 3 : Eternal Arena, le Multi.
13/12/2018 14:30:00 - Vie numérique après la mort : sommes-nous automatiquement immortels ?
13/12/2018 14:00:00 - Elite Dangerous Beyond - Chapter Four, PS4, Xbox One et PC
13/12/2018 13:30:00 - Bitdefender : Surveillance proactive des cybermenaces en PME
13/12/2018 13:00:00 - Cybersécurité : Les trois prédictions de Venafi pour 2019
12/12/2018 15:00:00 - Nier Automata : Edition Game Of The Yorha, 02.2019.
12/12/2018 14:30:00 - Monster Hunter World : Le DLC Iceborne, Action/RPG.
12/12/2018 14:00:00 - War Thunder : Des jets supersoniques et des missiles guidés air-air
12/12/2018 13:30:00 - Cabela’s® The Hunt: Championship Edition : Préco sur Switch
12/12/2018 13:00:00 - Sextorsion : Le chantage à la Webcam.

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Publicité
helixee

helixee


Votre cloud personnel sécurisé et réseau social privé






© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité