Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets

Jeux Vidéo : Anthem de Bioware : La guerre en (dentelle) exosquelette.
Posté par JerryG le 14/3/2019 14:00:00 Articles du même auteur

Je vous le répète souvent, à croire que je deviens « gâteux », certains noms du jeu vidéo, font briller mes yeux, Bethesda (Ok, pas Fallout 76), Bioware ( Ok, pas Inquisition), mais je leur accorde souvent le bénéfice du doute, et avec Anthem, le nouveau concept de jeu de l’éditeur célèbre, c’est comment dire, particulier… !!!

Bioware a enterré une Saga mémorable (Dragon Age, Mass-Effect) et s’essaie à un nouveau style de jeu.

 

 

Une espèce de conglomérat de jeu social à la « Division » , évoluant dans un univers de Sci-Fi, et surtout orienté coopération et/ou multijoueur, sacrifiant une fois encore le jeu « solo » qui fait pourtant le sel des aficionados de l’aventure et des RPG.

Alors, ne cherchez pas « midi à quatre heures » comme me disait mon maître, de scénario, il n’y a rien, car le jeu a été conçu comme un jour histoire sans fin, à boucler avec vos amis, qui seront les témoins de votre évolution sur de larges décennies. Pas vraiment d’histoire non plus, et de quêtes mythiques, encore moins.

Anthem, serait plutôt, une espèce, de jeu de survie/domination, sans réel but ou politique du devenir, même « sauvez la veuve et l’orphelin », passe au second plan.

Aventuriers solitaires, et autres antihéros, passez votre chemin, ce jeu ne vous est pas destiné, à moins, bien sûr, que vous aimiez vivre une histoire, qui vous définit, au travers de conflits où il vous faudra remplir des « missions », où l’architecture même de l’histoire, de l’intrigue et des rebondissements s’imbriquent dans un canevas où la coopération, l’entente multijoueur, font foi et loi.

 



En un mot, enfin en plusieurs pour être plus précis, c’est vous qui écrivez, façonnez votre histoire, et qui y prenez part. Une nouvelle approche du jeu, qui en déroutera plus d’un, mais qui en séduira aussi d’autres, par le Gameplay dynamique.

Si vous avez toujours rêvé de revêtir l’armure d’ « Iron-Man », de vous la « péter » pour éblouir les « Girls », et bien sachez que les industries Stark ont façonné et sponsorisé, les exosquelettes d’Anthem, autant alors en profiter, de belles sensations devraient en découler.

Alors, rendons à Cesare ce qui appartient à Cesare, vous pourrez jouer en solo et faire fi des autres Freelancers humains, mais entendons-nous bien, ce mode n’atteint pas la quintessence des vrais jeux « solo », cela en décevra plus d’un, mais se veut néanmoins, une approche sensible pour ceux qui jouent les loups solitaires, tout en sachant, que vous n’aurez jamais la main.

Car si vous voulez progresser et relever les nombreux défis difficiles, au-delà des murs de Tarsis, vous n’échapperez pas à la collaboration et à l’entraide multijoueur, notamment si vous jouez en mode difficile.

 

 

À ce sujet, je vous encourage à effectuer de nombreuses missions, en mode « normal » afin de vous familiariser avec l’environnement hostile.

Au fur et à mesure de votre ascension, vous pourrez prétendre à de niveaux de difficulté plus ardus et notamment si vous entendez vous mesurer dans les bas-fonds des « Forteresses », où des trésors y sont plus nombreux et plus éclatants, mais les « Boss » plus terrifiants et vindicatifs.

Pour relever les défis difficiles d’Anthem, vous devrez travailler impérativement en équipe et élaborer des stratégies de combat tactiques et remporter des challenges afin de déverrouiller de nouveaux artefacts et de nouvelles possibilités d’armures.. Votre évolution en dépendra.

Après une cinématique relativement belle et dans la lignée du maître du Normandy-SSR-1, et quelques échauffourées avec l’ennemi, en apprenant succinctement les manipulations de base, vous pourrez opter pour un personnage unique.

Mais bon, on ne s’affole pas, ici, c’est bien moins que le minimum syndical, cela se résume à un « nom » et à un portrait, pas du tout représentatif. Le maître nous avait pourtant habitués à avoir un avatar, que l’on façonnait avec amour, et bien exit tout ça, vous vous contenterez de ce que l’on vous donne.

 



Mais bon, la plupart du temps, vous serez enfermé dans la coquille de votre exosquelette et votre visage, n’apparaîtra que très rarement et très furtivement, ceci expliquant alors cela.

Les dieux ont abandonné le monde, laissant leur empreinte indélébile et son lit de cataclysmes. Vous êtes un Freelancer, un ersatz de pilote d’exosquelette assisté, aux fonctionnalités multiples, et pour améliorer votre « Javelin », l’armure de Stark Industrie, il vous faudra partir à l’aventure, obéir aux ordres et faire preuve d’initiative, afin d’engranger des points d’expérience. Mais bon, de l’initiative, c’est surtout l’IA qui la dirige.

C’est au cours de ce premier chapitre, qu’il vous faudra peaufiner vos réglages, comme la sensibilité de la souris (pour ceux qui jouent au couple clavier/souris), tant en vol, qu’en nage, afin de bien maîtriser le vol ou l’avancée stationnaire et les différents déplacements en 360°.

Une fois cette base acquise, je peux vous affirmer que le vol en javelin, se veut particulièrement jouissif, un vrai bonheur de virevolter entre les structures des vestiges passés, ou de plonger à la vitesse de l’aigle sur une escouade d’ennemis et d’arroser le tout, à feu continu de salve de « Gatling Predator », intempestives.

Vous voici à Bastion, une espèce de retraite où grouillent les humains, tout s’oriente autour de l’ « Hymne », une relique ancestrale, qui a le pouvoir de façonner la vie et le monde à son image, mais c’est aussi une arme dévastatrice. Alors évidemment, vos ennemis, le Dominion, une faction/secte d’illuminés, entend vous ravir l’arme, dans sa soif de domination de l’univers...

 



Et une fois la boite de Pandore ouverte, une brèche spatio-temporelle s’ouvre et libère des monstres, avides de cruauté, et de pouvoir. Les humains, tapis dans l’ombre de Tarsis, devront se battent pour sauver leur fesse.

C’est à ce moment-là, qu’évidemment, vous entrez en scène, alors que vous couliez des jours heureux, il va falloir reprendre du service, la veuve et l’orphelin ont besoin de vous, les autres aussi d’ailleurs.

Pour se faire, les super soldats terriens, s’équipent de javelin, une armure de combat, sophistiquée, bardée d’équipement pour y faire face, voici l’histoire. Point barre !.

Alors si la campagne se déroule plus ou moins de façon chaotique, sans vraiment de but, je dois me l’avouer, c’est plutôt prenant, un paradoxe me direz-vous, mais cela se stoppe net à cet endroit, comptez une dizaine d’heures de jeu.

Car tout devient sans goût, sans saveur, de nombreux allers et retours pour remplir des taches « FedEx », sans intérêt avec des donjons, plutôt désertiques, et des chargements aussi longs qu’un jour sans fin, exaspère à la longue…

Pourtant, bien que l’idée de départ soit des plus simples, préserver l’espèce humaine, la construction de véritables chapitres d’anthologie auraient trouvé leur place dans ce conflit, de lutte des pouvoirs.

 



Pour assurer vos missions, votre javelin, embarque 2 armes à feu des compétences intrinsèques et des artéfacts (à débloquer), cela va vous permettre d’ajuster la finesse et votre Gameplay de combat. Et de vous équiper.

Comme dans les RPG, vous générerez des dégâts de feu, de glace, des explosions simultanées et multiples, alors prenez le temps de faire une pause à ce moment-là, et admirer l’orgie d’effets spectaculaires de cette débauche gargantuesque de lumière et de fureur.

Mais, car il y a un « mais », j’ai l’impression que même si Anthem, a été pensé et construit pour favoriser la coopération, la lutte contre les monstres qui se ressemblent tous, n’encourage en rien l’union, bien qu’elle fasse la force.

De votre propre chef, vous avez le potentiel d’un croiseur impérial, alors, même si « abondance de biens, ne nuit pas » comme me disait mon maître, Anthem, aurait mérité un développement solo, unique.

Vos ennemis jusqu’au premier Boss vraiment intéressant à affronter, le Titan, se résume à des scorpions, des loups, des piafs belliqueux et les soldats de Dominion, avec des missions identiques, récupérer des orbes de lumière pour déverrouiller des portes blindées et libérer les otages, en éradiquant toutes les bestioles du secteur.

 



Au cas ou vous tomberiez au combat, il vous faudra attendre du secours et à défaut, de repartir du « dead-point », frais comme un gardon en collectant au passage, le plein de santé, de munition laissée au sol par vos ennemis.

Dommage que les dialogues, référence dans les RPG, qui permettent le tracé de la trame, soient si convenus, que je me suis surpris à « zapper » le dialogue formaté à souhait, alors que le doublage VF se veut plutôt de bonne facture, pour enchaîner la mission, je me débrouillerai tout seul, pour en connaître la substantifique moelle…

On nous promet de meilleurs contenus à venir, en souhaitant surtout, que les joueurs soient encore au RDV ce jour-là, car ce premier jet d’Anthem, risque fort de tracer un trait négatif sur son avenir, mais je peux me tromper.

Par contre, je dois reconnaître à Anthem la facilité de son immersion et la maniabilité des différents javelins, car je me suis même surpris, à m’écarter de ma route principale, pour aller batifoler sur d’autres terrains, Anthem étant un monde ouvert sans être dirigiste, mais si vous sortez de la zone, vous serez rappelé à l’ordre.

 



Mais cela n’excuse pas tout, les combats sont prenants et dynamiques et les effets, pantagruéliques, du grand art, un tape à l’œil qui ne dissimule en rien le vide des niveaux. À moins que l’avenir me donne tord.

J’aurais tendance à croire que Anthem est à Bioware, ce que Fallout 76 est à Bethesda, un essai qui sur le papier semble intéressant, mais par faute d’ « imagination » et par souci de mode, succombe à l’appel des sirènes.

Imaginez alors, un Anthem, avec la grandeur de l’histoire du Gardien des Ombres et le charisme du Commandant Shepard… !!!

Une tuerie.

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -




Autres articles
24/5/2019 15:00:00 - Mechanic Miner : Concevez des machines géniales.
24/5/2019 14:30:00 - TT Isle of Man : Disponible sur Nintendo Switch!
24/5/2019 14:00:00 - Mutant Year Zero: Road to Evil, Le DLC Seed of Evil
24/5/2019 13:30:00 - Résident Evil : 3 épisodes sur Switch.
24/5/2019 13:00:00 - Cybersécurité : Etat des lieux.
23/5/2019 15:00:00 - Observation : Disponible sur PC et PS4
23/5/2019 14:30:00 - F1-2019 : 1ere Bande-Annonce du jeu.
23/5/2019 14:00:00 - The Sinking City : Oakmont, la ville qui vous ronge de l’intérieur
23/5/2019 13:30:00 - The Dark Pictures Anthology : Man of Medan, 30.Aout.
23/5/2019 13:00:00 - Les grands plagiats marquants l'histoire.

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Bitdefender



www.bitdefender.fr

Bitdefender






© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité