Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets
Arlo

Jeux Vidéo : Foudation : Le Sim-City revisité, Préview PC.
Posté par JerryG le 6/4/2021 14:00:00 Articles du même auteur

Dans le genre de la « gestion de civilisation », Sim-City a tracé la voie, Foundation s’inscrit dans une démarche de « construction organique » de la ville. Oui ! Mais encore.

Car Autant vous l’avouer de suite, je ne sais pas ce que signifie : « gestion organique », pour moi, Foundation s’inscrit dans les simulateurs de construction de ville médiévalo-vegan.

Les amateurs du genre, pourront s’étonner, car ici Foundation ne fait pas appel à une grille dans l’implantation des bâtiments, c’est un peu au petit bonheur la chance et selon votre bon vouloir, tout en ne sortant pas du cadre de votre domaine.

 



Cela aura pour effet de voir son village grandir en une hiérarchie harmonieuse, et non angulaire, vous en voici d’ailleurs le bâtisseur en chef, le seigneur de la vallée si vous préférez.

En plus de bâtisseurs de la ville, vous serez responsable de la construction de monuments et évidemment d’assurer la logistique de l’intendance, afin de voir croître votre population.
Foundation montre le bout de son nez au travers d’un accès anticipé, donc les développeurs attendent des joueurs, des remontées d’information sur ce qui entrave la bonne marche du jeu.

De plus, la version actuelle du jeu est une version « Alpha », autant dire qu’en règle générale, ce genre de version s’avère des plus déplorables, et bien là, pas du tout, au contraire, cet alpha ressemble étrangement à une bêta plutôt aboutie.

Vous serez surpris par la qualité de cette version, bon il reste du travail et Polymorph Games nous confirme que de très bonnes choses arrivent pour la sortie officielle du jeu.

Nous n’en sommes pas encore là, les amateurs des City-Builders s’immergeront de suite, les mécanismes de base font foi. ! Par contre, je vous encourage à suivre le tutoriel, car la prise en main change légèrement.

 



En tant que seigneur du village, vous serez au four, au moulin et au magasin, stratège, constructeur, gestionnaire, vous serez en charge d’édifier une ville prospère où nul Homme n’a foulé les verts pâturages de la région de votre choix.

Si l’absence de grille perturbe, il faut le reconnaître, entre la pose et l’orientation des différents bâtiments à votre gré, vous serez à même de donner vie à votre ville, où tout se concentre autour du cœur de ville.

Avec Foundation, oubliez tout ce que vous avez appris avec les City-Builders et entrez dans une nouvelle ère d’architecture et d’urbanisation (médiévale ici), vous serez donc à même de concevoir une ville médiévale selon vos arrangements et pourtant très proche d’une véritable cité d’antan.

Le moteur de jeu « Hurricane », un exclusif de Polymorph Games, permet le modding complet du jeu et Il est spécialement optimisé afin de gérer le déplacement de milliers de pièces qu'implique la construction de villes gigantesques.

Là où les city builders classiques s’arrêtent, Foundation montre une nouvelle voie dans la gestion et l’édification d’une cité, notamment dans l’expression de monument personnel.
Dans Foundation, il vous faudra respecter les chaînes de productions, de stockage des denrées, sauf que chaque bâtiment érigé demande un habitant en poste plein.

 

 

Ce sera donc aussi votre rôle d’affecter du personnel aux différents bâtiments, cette nouvelle gestion du personnel fait appel à vos qualifications en tant que DRH.

N’oubliez pas que vous débuter avec 8 habitants qui devront sous votre houlette, cueillir, collecter, façonner, engranger, vendre et prospérer dans l’attente de nouveaux arrivants que vous affecterez à des tâches, afin d’augmenter vos productions et de voir votre ville passer du stade de hameau à celui de mégalopole tentaculaire.

De prime à bord, cela semble un peu fastidieux, mais au fil de l’accroissement de votre ville, je dois bien le reconnaître, cette gestion en DRH, vous permet de mieux contrôler ce que font vos habitants et vos productions respectives.

Les plus émérites de vos travailleurs pourront prétendre à une montée en statut afin d’occuper de nouvelles responsabilités, vous débloquerez alors de nouveaux bâtiments, indispensables à votre bonne croissance....

Grâce à une organisation bien rodée, vous allez développer votre arrondissement, le faire prospérer en respectant la complexité des interactions entre besoins et compétences de vos habitants, de la ressource à son extraction et de la production à la distribution.

Dans votre élévation en tant que seigneur du royaume, vous concevrez des édifices variés comme une abbaye, église, manoir de seigneurs, etc.

 



Par contre, actuellement dans la chaîne alimentaire, il manque des productions, on ne manque pas de viande, et pas de fruits et légumes, alors qu’il nous en faut au moins 5 par jour et que les protéines favorisent le muscle.

La construction de base reste le même, vous prenez possession d’un territoire avec des ressources de bases, de là, il vous faudra exploiter votre environnement, construire une cabane de récolte de baies rouges, un campement de bûcherons pour le bois et une carrière pour la pierre.

Petit à petit, vous enrichirez vos constructions, une scierie, un tailleur de pierre, un marché pour le négoce et comme travailler donne soif, il faudra un puits dans le village.

Tout votre petit monde s’anime et s’affaire à la tâche, mais attention, ici Foundation fait aussi précurseur dans le management de personnel, car vos habitants sont tous syndiqués et inutiles de vouloir les faire travailler quand ils sont en pause.

Vous l’avez deviné, il vous faudra composer avec cette syndicalisation, sachez toutefois que le nerf de la guerre, demeure l’argent.

Il vous en faudra pour croître, aussi, sachez que le commerce assurera votre principale ressource de revenu via l’étal du marché où les baies rouges pourront être vendues. Quant à votre développement à l’international, il vous faudra un entrepôt pour vendre et acheter les nécessités principales et bien sûr, ouvrir des routes commerciales.

 



Fort de ce management, votre hameau deviendra village, puis ville et de nouvelles ressources viendront s’additionner à la chaîne de production, la pèche, la chasse, etc.. Sans oubliez une armée richement dotée, mon maître me le disait : Si Vis Pacem, parabellum".

Du blé pour façonner du pain, de l’acier pour des armes, du charbon et du houblon pour la bière, cette « alpha » de Foundation laisse un bon goût de miel (que vous aurez récolté) dans la bouche.

Comptez sur une petite musique de fond tout en observant vos habitants (on dirait des Poulbots), s’activer, vous donnera l’impression d’être le maître du monde. Foundation s’écarte donc des sentiers que nous foulons habituellement dans les city-builders, une nouvelle orientation qui fleure bon chez les amateurs.

À suivre donc, d’autant que les développeurs nous assurent un avenir certain à leur progéniture avec un contenu additionnel. Dans l'état actuel du jeu, vous vous retrouvez dans un immense "bac à sable", une façon de s'exercer à la gestion rigoureuse du jeu et au management d'une équipe de "bonhommes"

 



Ah, un dernier petit conseil, la main d’œuvre fait partie de la prospérité, alors entre assurer une bonne alimentation de base, riche en variété, n’oubliez pas qu’un toit vaut mieux que dormir à la belle étoile et que c’est au travers du bonheur de vos habitants que vous verrez grandir votre village.

Si vous manquez à l'une de vos obligations, toute votre belle logistique et stratégie s'effondre tel un château de cartes, vos habitants s'enfuient jambes à leur cou et votre économie périclite, alors comme mon maître me le disait : "100 fois sur le métier remettre son ouvrage"

En vérité je vais vous le dire, en m’attaquant à Foundation, je ne m’attendais à succomber à sa magie, une énième city-builder et bien une fois lancé et les bases bien ancrées, j'ai failli ne plus m'alimenter, l'addiction me gagnait.

Des décors à la « cartoon », des personnages tout mignons, une mécanique de jeu bien rodée, vous y goûterez alors la "substantifique moelle" et à chaque moment du jeu, j’ai eu le sentiment de prendre la place de Gustave Courbet.

 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -




Autres articles
16/4/2021 15:00:00 - OXENFREE II : Lost Signals : Thriller sur consoles
16/4/2021 14:00:00 - Stronghold: Warlords Ajoute Sun Tzu et les Invasions IA
16/4/2021 13:00:00 - Réseaux sociaux & cybersécurité : Pour les utilisateurs, des risques
14/4/2021 15:00:00 - L'enseignement victime d’attaques de phishing
14/4/2021 14:00:00 - Elyon, la première bêta annoncée pour l'Europe !
14/4/2021 13:00:00 - devolo : ces conseils vous aideront à mieux jouer
12/4/2021 15:00:00 - Elite Dangerous : Odyssey entre dans sa deuxième phase
12/4/2021 14:00:00 - Silicon Dreams : Un simulateur d’interrogatoires d’androïdes
12/4/2021 13:00:00 - Cybercriminalité : Des menaces par email via leurs fournisseurs
8/4/2021 15:00:00 - Stonefly : Action-aventure, consoles et PC, vidéo.

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Pocketalk
Arlo





© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité