F-Secure : Sale temps pour les cyber-criminels

Date 17/5/2010 15:00:00 | Sujet : SÚcuritÚ

Mikko Hypponen, Responsable de la Recherche chez F-Secure, se réjouit de la mise en application de la loi permettant de poursuivre les cybercriminels en justice et salue


Le travail effectué par les forces de l’ordre, illustré par la hausse du nombre d’arrestations dans le monde entier, au cours des quatre premiers mois de 2010.

L’année 2010 a démarré avec des succès significatifs en matière d’arrestations et de poursuites en justice de cybercriminels dans différents pays. F-Secure espère qu’il s’agit d’un changement définitif dans la capacité des forces de l’ordre à identifier, à capturer et à poursuivre en justice les cybercriminels.

Les programmes malveillants, qui étaient précédemment écrits par des amateurs spécialistes, sont devenus en 2003 un vaste business lucratif contrôlé par des criminels. Cependant, les années de transition qui ont permis un changement de statut du logiciel malveillant, passé de « nuisance de navigation » à celui d’activité criminelle, ne se sont pas traduites par de réelles arrestations et condamnations des auteurs. Dans les rares cas où ces personnes étaient appréhendées et poursuivies en justice, les peines appliquées étaient rarement à la hauteur.

« Les éditeurs d’antivirus n’ont pas pour but de faire la police mais fournissent de manière constante les résultats de leurs enquêtes sur le cybercrime aux autorités afin qu’elles puissent agir », déclare Mikko Hypponen. « Il est intéressant de noter que cela a un effet positif et que le nouveau taux d’arrestations et de peines appliquées constitue un changement colossal dans la façon dont la société s’attaque au problème. »

Exemple qui fera date, en mars 2010, Alfredo Gonzales a été puni de 20 ans de prison pour avoir été le chef de bande d’un gang ayant piraté des dizaines de millions de cartes de crédit récupérées depuis le sites de TJ Maxx et de nombreux autres commerçants américains. C’est la peine de prison la plus longue jamais infligée dans un cas de cyber criminalité. Gonzales et les membres de son gang avaient piraté l’accès au système d’identification des réseaux wifi des caisses enregistreuses des distributeurs. Des millions de cartes de crédits ont dû être rééditées.

On constate d’autres cas semblables en 2010 avec notamment la peine appliquée à Renu Subramaniam, alias JiLsi, l’un des cybercriminels de Darkmarket, contraint à presque 5 ans de prison au Royaume Uni. En Estonie, le créateur de la famille de virus Allaple, Artur Boiko, a été reconnu coupable et puni de 2 ans et 7 mois de prison.

De plus, environ 70 membres de gangs de phishing ont été arrêtés en Roumanie grâce à la coopération des autorités Russes. La Russie a longtemps été perçue comme un refuge pour les cybercriminels, par conséquent cette évolution est de bon augure.

« Les crimes en ligne ne sont plus un business exempt de risques. Ce n’était juste qu’une question de temps avant que la loi puisse se mettre en application et nous espérons que de nouvelles arrestations et condamnations feront bientôt partie du quotidien », termine Mikko Hypponen.





Cet article provient de info utiles
https://www.info-utiles.fr

L'adresse de cet article est :
https://www.info-utiles.fr/modules/news/article.php?storyid=3708