Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets
Arlo

Jeux Vidéo : Railway Empire : Des trains et un empire, test PC.
Posté par JerryG le 26/1/2018 14:00:00 Articles du même auteur

Si j’en crois mon entourage, dans le domaine de la simulation, c’est celle de la gestion des trains qui l’emporte haut la main. Cela tombe bien, Railway Empire de Gaming Minds Studios, édité par Kalypso Media arrive à l’heure en gare ce 26 janvier 2018.

Bien sûr on pourrait penser que j’opte pour un parti pris dans mon affirmation ci-dessus, mais enfin de compte, non. Entre les bateaux, les avions et les trains, c’est bien ces derniers qui fascinent, la preuve : mêmes les bovins matent les trains et l’on a jamais vu une vache lever la tête pour admirer le vol gracieux d’un A380, fusse-t-il l’un de nos fleurons, par contre, ils suivent du regard les trains. CQFD.

 



Alors si vous avez l’âme d’un magnat des transports ferroviaires, la simulation Railway Empire a été faite pour vous. Exit les longs tableaux laborieux et rébarbatifs pour les besogneux d’Excel, qui affichent insolemment des colonnes de chiffres indigestes, alors place au jeu dans toute sa splendeur, qu’est le plaisir de jouer en faisant fi d’une gestion rigoriste, mais simpliste, sérieuse, regroupant l’essentiel à savoir sur la bonne conduite (nan pas du train) mais de l’entreprise ferroviaire…

Vous voici en 1830, en plein cœur des Etats-Unis d’Amérique, c’est l’ère des grands développements industriels, le train en étant un exemple parmi tant d’autres. La révolution industrielle en marche, le rail va permettre aux plus audacieux d’envahir de gargantuesques contrées pour y développer les villes et les complexes industriels.

Du Nord au Sud, en passant par l’Est et l’Ouest, les grandes entreprises se livrent sans merci une guerre commerciale, les grandes entreprises de transport luttent avec acharnement pour relier les points névralgiques d’un pays en pleine mutation et la concurrence dans le domaine n’arrange pas les choses... Un peu comme dans la vraie vie d’ailleurs.

Alors, afin de tirer votre épingle du jeu, il vous faudra jouer des coudes, écraser quelques pieds et froisser la susceptibilité de certains, car votre but consiste à vous frayer un chemin de gloire dans le monde des transports ferroviaires. A vous l’argent, les restaurants, les petites femmes, … Euh ! Je m’égare,… désolé. !

 



Vous devrez non seulement gérer vos trains, mais développer aussi de grands progrès techniques et technologiques, tout en faisant preuve de bons choix en matières logistiques, vous êtes ce pionnier, ce capitaine d’industrie qui innovera et révolutionnera le trafic du rail sur une période de quasiment un siècle, et ce, dès l’aube des années 1830.

Alors justement, en ce qui concerne la logistique, mon maître me disait : « En matière de logistique, il ne suffit pas de vouloir, ni même de pouvoir, il faut avant tout savoir ». Eh bien, cela tombe bien, car vous débuterez la Campagne de Railway Empire avec un petit tutorial, car ici, il n’y a pas de place à l’improvisation ou au hasard, mais ce sera bien grâce à votre savoir que vous vous forgerez d’une main de maître, un empire à la hauteur de vos ambitions.

Railway Empire a été conçu dans le but de faciliter la vie des jeunes entrepreneurs, des plus novices aux plus aguerris, vous aimez commencer en douceur avec un apprentissage, alors c’est le mode « Campagne », vous aimez les défis, les challenges, le mode « Scenarii » est fait pour vous.

 



Vous souhaitez plutôt être libre et bâtir un empire comme bon vous semble, le mode « Bac à Sable » va vous allez comme un gant. Railway Empire vous offre tout ça à la fois, le plus dur sera alors de choisir par quoi commencer.

Alors comme le veut la tradition, ce sera par la « Campagne » qui vous fournira les mécanismes du jeu, qui sera le départ de votre mode carrière et de votre ascension au cœur même des Etats Unis et à la tête d’un empire ferroviaire.

La « préview » du jeu, ainsi que l’accès beta nous a dévoilé les deux premiers chapitres et croyez-moi, ce ne sera pas de trop. Ces chapitres permettent surtout de s’exercer et de faire son apprentissage de jeune chemineau avant de devenir un « magnat » du rail.

Certains points du didacticiel requièrent votre attention, bien que cela se fasse en douceur, mon maitre me disait : « 100 fois sur le métier, remettre son ouvrage » et croyez-moi, il vous faudra bien enregistrer les mécanismes du doublement des voies ou des échangeurs, tout comme le développement des villes pour avancer dans le jeu, sans oublier les rudiments du commerce, les coups bas, les R&D et jouer aussi les DRH...

 



Pour cela de petites animations sympathiques vont vous aider à acquérir la méthodologie pour devenir le « parfait » entrepreneur, et rassurez-vous, vous pourrez recommencer la leçon, sans incidence sur votre parcours, mais ces mécanismes de base, conditionneront votre avancée dans le jeu, car vos concurrents (IA) manie la pose de rails comme pas deux, excellent dans le commerce et la logistique...

Une fois ces deux chapitres avalés, la campagne s’annonce grande et très variée, vous vous promènerez dans toute l’Amérique où vous laisserez votre empreinte à l’instar des étoiles sur Hollywood Boulevard, mais bon, nous n’en sommes pas encore là, mais cela va arriver, car le jeu se veut très prenant et addictif. Mais ne mettons pas les wagons avant la locomotive.

Si vous commencez votre ascension avec une pelle dans la main à charrier des gravas pour les ballastes, afin de vous forger au métier, Railway Empire embarque en son sein une touche de RPG, alors comme dans les jeux de rôle, cette touche d’ « Update » via des arbres de recherches et de développement, seront indispensables à l’envol de votre compagnie.

C’est dans ces arbres d’Update, que vous peaufinerez votre stratégie de conquête de l’ouest, via des découvertes et de nouvelles technologies qui vont maximiser votre train ou votre convoi.

 



Car l’empire du rail, enfin Railway Empire, va vous permettre de façonner vos réseaux ferroviaires, grâce à 40 trains différents dont la modélisation va vous rendre pantois. A vous de construire ou même d’acheter des gares ou des entreprises au bord de la faillite, dommage que la fenêtre de dialogue de rachat ne géolocalise pas ladite PME, vous risqueriez d’acheter une entreprise au fin fond du Cap et d’accès difficile.

A défaut, moderniser leur infrastructure par le biais de constructions, tels des entrepôts de maintenance, implanter des complexes industriels à votre solde et/ou attirer le chaland par des attractions touristiques.

Et si le cœur vous en dit, vous pourrez aussi participer à des enchères de matériels, comme des innovations ferroviaires, mais attention, vos concurrents eux-aussi souhaitent l’acquisition de ces technologies. .

Bien sûr, afin d’assurer le bon déroulement des choses, vous pourrez engager du personnel dédié que vous managerez avec soin, tout en employant de temps en temps des méthodes peu recommandables et immorales (pour certaines), via des bandits ou des saboteurs.

 

 

Toutes ces actions permettront de déstabiliser vos adversaires, qui ne sont que des ennemis, alors, inspirez-vous aussi d’un personnage illustre, comme George Armstrong Custer, qui faisait déjà parler de lui en cette époque où vous prenez les rênes de votre empire.

A défaut, Pyrrhus me séduit bien dans sa politique de conquête, mais ça, cela n’engage que moi.

Vous allez donc devoir construire des voies, afin de relier des villes éloignées et de leur fournir entre-autre, des denrées indispensables à leur expansion. Cette partie du commerce entre ville, vous rapportera de l’argent et dieu sait qu’il vous en faudra de l’argent.

Ceci pour assouvir votre soif d’expansion et un peu de domination sur les Etats Unis d’Amérique, alors surveillez votre journal des quêtes, il y a matière à glaner de l’expérience, enfin surtout des « dollars US » afin de monnayer tout ça dans vos constructions diverses.

 



Les voies du chemin de fer, ne seront que le fil conducteur du jeu, afin d’étendre votre zone d’influence et tirer le maximum de profits, n’hésitez pas à implanter des usines ou encore des attractions touristiques, j’insiste là-dessus, cela vous permettra de conserver l’avantage sur la concurrence, tout comme le fait d’engager du personnel adéquat et de le manager avec soin.

Toutefois, si la page des objectifs se veut explicite, la réalisation des différents défis laissent un peu à désirer. Car entre les défis clairs et nets comme une voie de chemin de fer, qui consiste à transporter XX passagers, d’autres défis manquent cruellement d’explication et il n’est pas rare de constater que la mission a échoué, car vous avez lambiné, alors qu’il n’y avait pas d’impératif de temps mentionné.

Vous devrez alors recommencer le chapitre depuis son début et d’une autre manière, en surveillant cette fois, ce défi à réaliser avant tous les autres. D’autant plus que les défis facultatifs ne devraient pas compter dans la victoire de la mission.

 



Une incohérence qui se paie au prix d’Or, alors « Pour quelques dollars de plus », planchez plutôt pour les objectifs sous le joug du chronomètre, afin d’éviter une « claque de Cowboy »... . !

Et sachez qu’après coup, en face de chaque quête à réaliser, il y a la date de l’année comme date buttoir. Une information que l’on n’observe pas forcement au premier coup d’œil. Dommage que dans cette campagne, le temps soit aussi un ennemi.

A défaut si vous n’aimez pas les dates et les objectifs au chronomètre, optez pour le mode « Libre » voire même le mode « Bac à Sable », c’est ici que vous trouverez la substantifique moelle.

Pour arriver à vos fins, vous disposerez d’environs, 300 technologies variées et diverses dans de principaux domaines, comme la mécanique, les trains, les infrastructures, les installations diverses, etc…) réparties en 5 ères d’innovations différentes, la partie recherche et développement n’est également pas à négliger pour faire prospérer son empire.

 

 

Au contraire, attachez-y une certaine importance, car vos concurrents s’y adonnent aussi.

Alors vous l’aurez compris, maintenir son entreprise sur de bons rails (sans jeu de mots) ne sera pas toujours de tout repos, que ce soit dans le mode « Campagne » ou dans le mode « Scenarii », il vous faudra varier vos recherches et vos développements, et comme la concurrence ne dort jamais, je vous conseille aussi d’opter pour le côté obscur, comme des attaques sur vos ennemis, un soupçon de sabotage et une bonne dose d’espionnage, afin de garder une longueur d’avance.

Oui je sais, c’est un peu immoral ce que j’écris, mais mon maître me disait : « les affaires restent les affaires et il n’y a pas de place pour la sensiblerie ».

 



Railway Empire va vous permettre d’exercer vos talents d’entrepreneur, alors saisissez les opportunités et bâtissez votre rêve américain d’Est en Ouest, car comme mentionné à maintes reprises, le mode « campagne » s’avère passionnant et surtout vous serez absorbé par des dizaines d’heures de jeu, où vous devrez être au four, au moulin et au magasin... !

Ayez toujours à l’esprit de mener son entreprise ferroviaire au succès en échafaudant un réseau de rails étendu et intelligemment agencé, optimisé pour le transport des passagers et des marchandises, mamelles de profits.

Obtenir plus de 40 locomotives historiques et plus de 30 wagons différents, et utilisez-les en fonction de leurs avantages et inconvénients, en choisissant leur affectation sur des lignes expresse, pour le confort des passagers et celui de votre personnel.

Investir pour développer plus de 300 technologies, sur cinq ères différentes, pour maximiser le potentiel de son réseau.

 



Bien sûr, vous restez le maître des transports ferroviaires, mais comme tout bon chef d’entreprise qui se respecte, sachez déléguer des tâches subalternes, en embauchant du personnel dédié qui vous aidera dans l’accomplissement de votre ambition.

De l’ingénieur, au chauffeur de train qui apportera leur savoir pour la bonne marche du train en optimisant ces performances, comme une augmentation de la vitesse et un coût de billet plus élevé pour les passagers, bon pour vos challenges et votre trésorerie.

Et comme vous êtes quasiment au Far-West, le long de voies de chemin de fer, grouillent des bandits et toute une fauve et flore peu recommandables, alors un gardien pourra veiller sur vos biens et empêchera surtout le sabotage de vos trains par vos concurrents, qui eux, n’hésiteront pas à torpiller vos projets.

Sachez aussi jouer sur la quantité, par l’ajout de wagons dédiés, comme un restaurant roulant qui augmente la recette des tickets et des marchandises de la nourriture.

 

 

Transportez des matières périssables avec un wagon réfrigérant et attachez un wagon de queue pour le bien-être de votre personnel et tant qu’à faire, transportez aussi du courrier, cela peut rapporter gros.

Respectez les délais imposés pour les quêtes à réaliser, gagnez des points d’ « XP » à convertir en bonus de recherche et de développement seront cruciaux pour le bon accomplissement dans le devenir du plus grand magnat des chemins de fer.

Après avoir satisfait à la « preview » du jeu, la version finale a été lâchée sur les rails de la gloire pour ma plus grande joie et la vôtre, car Railway-Empire qui semble désuet et facile au premier abord, vous demandera vigilance et méthode, car au fur et à mesure de votre progression, tout se compliquera pour vous, car l’IA ne vous laissera aucun répits et aura même tendance à tricher, un comble.

 



Ainsi, la règle qui veut que deux trains ne peuvent rouler sur la même voie au même moment ne sera pas respectée par l’IA, alors que de votre côté, vous serez imposé par cette règle.

Donc, il vous faudra construire des voies de contournement, afin que vos trains se croisent dans de bonnes conditions et puissent emprunter une même ligne pour une même destination, alors n’oubliez pas d’apposer des signaux de circulation, un peu comme les feux rouges de nos routes... Qui nous indique la bonne voie.

N’oubliez pas que les locomotives seront votre cheval de fer et de bataille et comme me disait mon maître : « Qui ménage sa monture, voyagera loin », alors comme le matériel roulant s’use, prévoyez des hangars de maintenance et surtout des tours d’approvisionnement, chargée en eau, en huile et en sable.

 



C’est ce que l’on nomme, des tours d'assemblage pour fournir de l'eau pour la production de vapeur, du sable pour une motricité au cas où et de l'huile de graissage aux locomotives sur leur trajet et, sans gares équipées de bâtiment de maintenance, les trains vont tomber en panne, alors investissez dans ces centres de réparations et implantez des tours de maintenance qui contiennent l’essence même au bon fonctionnement des locomotives.

Les membres du personnel ont des caractères pouvant être incompatibles avec les autres membres de vos équipes, engendrant des tensions et une mauvaise efficacité d'une équipe, impactant les bonus. Alors, il faudra trancher dans le vif, et vous séparer des « mauvais » éléments, afin de préserver l’harmonie au sein de vos transports.

Les villes, en grandissant, vont accueillir de nouvelles industries, requérant donc de nouvelles ressources, ce sera donc à vous de les acheminer. L'argent, nerf de la guerre, vient vite à manquer avec toutes les voies, gares et bâtiments à construire, il est alors possible de boursicoter ou de contracter des obligations bancaires (prêts).

 

.

 

Mais attention, « un prêt vous engage » et dans Railway Empire; vous ne pourrez pas jouer les mauvais payeurs, tous les mois les intérêts tombent sur vos comptes, comme une guillotine parfaitement aiguisée.

Sous son aspect désuet et simpliste au premier abord, Railway Empire se veut une excellente simulation ferroviaire et surtout très addictive et passionnante. Je dois aussi vous l’avouer, mes premières tentatives de bâtir un empire, se sont soldées par des échecs cuisants et douloureux, il faut recommencer la partie depuis son début.

Trop pressé sûrement de monter sur le podium des As, j’ai fait maintes et refait maintes parties à prendre des sceaux de goudron et de plume sur la tête, jusqu’à ce que je maîtrise l’important dans les missions et que je peaufine ma logistique de conquête, car Railway Empire requière patience, longueur de temps et méthodologie.

Le secret de tout ça, réside dans l’agencement des voies et des points de passages stratégiques pour le bon acheminement des personnes et des marchandises. Dans ces deux domaines, Railway Empire se veut un modèle du genre, mais qui demande une certaine maîtrise.

 



Edifiez des nœud de passages, reliez les villes aux villes et assurez le transport des bons besoins aux exigence demandées par les villes, rationalisez vos voies en les doublant, voire même en les contournant grâce aux zone de dépassement des trains et surveillez votre trafic.

Un bon réseau qui s’étend gentiment grâce aux industries et gagnant en vitesse et en confort grâce à des investissements dans de nouvelles machines de plus en plus performantes, sont les résultats de mes erreurs dont j’ai appris à corriger. Car entre-nous, si l’on n’apprend pas de ses erreurs, on va se décourager et laisser tomber le jeu.

Alors comme mon maître me le disait : « Prenez de la peine et du temps, C'est le fonds qui manque le moins. ». « Le travail étant un trésor », vous bâtirez votre empire.

Mais à bien y réfléchir, et si en fin de compte le vrai challenge, résidait dans le fait de construire simplement le réseau de ses envies et de ses rêves, sans contrainte de temps et d’argent, pour maximiser son plaisir de jouer.?

 

 

Alors Railway a été taillé pour vous, quant aux conquérants et aux jeunes loups affamés de la 1ere heure, avides de puissance et de gloire, Railway Empire a aussi été pensé pour eux et c’est bien là la pleine réussite de ce jeu.

Railway Empire sort ce 26 janvier sur PC, Linux, PS 4 et Xbox One.

Test réalisé sur un PC Business/Gamer :

 

 

Proc. Intel Core i5 à 3,30 GHz - 16 Go de Ram DDR3 Kingston HyperX - Carte Graphique MSI-GeForce-GTX 980- 4 Go DDR5 - Ecran AOC Incurvé 35" - 21:9 en 2560*1480*160

SSD Crucial M550 de 512Go + DD 1 To - Windows 10 Pro en 64 Bits - Clavier Steelseries-Apex - Souris Gaming Razer Epic Naga Chroma- Tapis de souris The G-Lab - Hub Roccat-Apuri -

Key-Pad Razer Nostromo - Ensemble audio Logitech 2.1- Z523 Casque-Micro SteelSeries Syberia V3-Prism.

Copyright © *2017* *le Journal de la Next-Gen*, All rights reserved.

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -




Autres articles
30/11/2022 15:00:00 - CrossFire Legion : Jouable gratuitement du 8 au 11 décembre.
30/11/2022 14:00:00 - Crisis Core Final Fantasy VII Reunion : Trailer
30/11/2022 13:00:00 - Concilier Open Source et édition de logiciel : le modèle gagnant
28/11/2022 15:00:00 - Dysterra “Survival Challenge” : Info et vidéo
28/11/2022 14:00:00 - Cyber Threat Intelligence : l’outil essentiel des stratégies cyber
28/11/2022 13:00:00 - Black Friday / Cyber Monday : Comment réduire les risques cyber
28/11/2022 12:00:00 - De « Lawyers à la dérive » à Nicholas Beaulieu : ITW
25/11/2022 15:00:00 - One Pierce Odyssey : Vidéo, PC et consoles
25/11/2022 14:00:00 - La coupe du monde au Qatar attire les acteurs malveillants
25/11/2022 13:00:00 - Achats en ligne : renforcer sa sécurité pour les fêtes de fin d’année

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Bitdefender



Bitdefender

Pocketalk
Arlo





© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité