Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets

Jeux Vidéo : Pillars of Eternity II: Deadfire : RPG - Test PC
Posté par JerryG le 8/5/2018 12:00:00 Articles du même auteur

Le deuxième opus de Pillars of Eternity vient de sortir quasiment comme prévu. Les fans de la première heure qui trépignaient d’impatience de s’aventurer dans un nouveau monde peuvent sabrer le champagne.

Avant toute chose, je dois l’avouer, je n’ai pas joué au 1er chapitre à son époque, surement occupé à courir la lande sous d’autres cieux, mais depuis lors, je me suis bien rattrapé, en prévision de ce nouvel opus.

 



Alors faut-il avoir déjà parcouru les contrées de « Pillars Of Eternity I » avant de s’attaquer au chapitre II. ? Je vous l’affirme, c’est un impératif, si vous ne voulez pas sombrer dans la folie, car vous devez avoir les bases de l’histoire 1 pour en comprendre la 2.

Bien que lors de l’introduction de ce chapitre 2, il est fait quelques rappels, il y aura de nombreuses zones d’ombre dans la compréhension du « Pourquoi et du Comment » de votre personnage. D’où mon affirmation de se lancer en premier sur le chapitre originel.

Toutefois, afin de s’imprégner de la Saga, un petit retour en arrière ne fait jamais de mal, au contraire, car dans notre cas, Pillars of Eternity II: Deadfire bien qu’étant un nouveau chapitre, se revendique avant tout comme la suite de Pillars of Eternity.

Et si l’on manque un épisode d’une série, ce n’est jamais évident de se plonger dans la suite des encours des événements. Alors courez vite vous procurer Pillars of Eternity, et revenez plus grandi que jamais pour cette suite.

 



Bien sûr, il y a toujours des téméraires, des aventuriers qui feront fi de mes recommandations, ils s’en sortiront tout de même, mais au prix du sang et des larmes par certaines incompréhensions de l’histoire, et risquent même d’être dégoûtés, découragés et surtout d’abandonner l’aventure.

Alors, pensez d’abord à vous plonger dans Pillars of Eternity, et affuter vos armes en vous familiarisant avec cet extraordinaire RPG qui vous embarque pour un long voyage initiatique et épique.

Car si vous avez joué au 1, vous pourrez importez une sauvegarde de votre personnage avec ses choix, à défaut, si vous pensez que votre personnage initial n’est pas le héros que vous souhaitiez, alors, repartirez de zéro en recréant un personnage à votre image, en y incluant des bribes de vos expérience de jeu.

Votre personnage débutera donc le jeu au niveau 1. Mais certains passages de cette suite, restera de l’hébreu pour certains (manque de repère du chapitre initial, à moins qu’ils prennent la peine et le temps de tout examiner et de tout lire les liens dans les propositions de dialogues qui pointent vers des lieux ou des actions passées..

 



Pillars of Eternity II: Deadfire d’Obsidian fait donc suite à un chapitre riche en rebondissement qui a forgé en lettres de feu les tenants et les aboutissants de l’histoire.

Pillars of Eternity II: Deadfire, compte lui-aussi une histoire aux limites de l’imagination, une histoire de monde et de personnages charismatiques qui évoluent dans un « Open-World » exploitable à souhait.

Toutefois, bien que cette liberté d’exploration puisse ravir les coureurs d’aventures, vous ne vous écarterez pas du chemin tracé de la trame, surtout si vous suivez les quêtes et requêtes à la lettre.

Une façon de se forger là aussi une expérience qui profitera à l’évolution de votre personnage et de vos compagnons dans les divers arbres de compétences et de technologies.

Ne cherchez pas non plus une facilité dans l’accomplissement de vos taches, ici point de GPS ou de carte avec un pointeur de quêtes en mosaïque, il vous faudra tout découvrir à la force du poignet et faire preuve de curiosité, avec en prime une patience d’ange.

 



Les explorateurs des « Terres désolées » et amateurs de combats féroces ne seront pas déçus, Pillars of Eternity II: Deadfire se calque dans les RPG comme on les aime et prend ses racines au sein même des célébrissimes Icewind Dale, Neverwinter Night et autres RPG de style « Donjon & Dragon ».

Un RPG au tour par tour à la sauce Dragon Age pour les combats. Alors si vous voulez en savoir plus, suivez le guide, choisissez vos armes et armures, il y a un monde impitoyable où la réactivité sera votre seconde nature, au risque alors de constater que votre cadavre sèchera au soleil en cas de mauvais jugement ou de mauvaise décision.

Et en passant, évitez les zones où les niveaux requis demandent d’avantages de niveau ou de compétences. Vous reviendrez ultérieurement, plus fort et plus ragaillardi que jamais.

Comme dans tous les RPG, après une introduction historique, pour une petite mise en bouche, vous devrez créer votre personnage, femme, homme, classe, alignement, etc. sans oublier les petits détails de configuration, du visage à la voie en passant par l’ancienneté de votre naissance.

Rien de bien transcendantal dans la création du personnage, Pillars of Eternity n’est pas « Skyrim », les puristes regretteront la simplicité édulcorée de cette phase de personnalisation, le résultat en étant une représentation simpliste d’un avatar ressemblant. Je parle ici de l’aspect physique de votre personnage.

 



Mise à par le choix entre : homme ou femme (les compétences seront les mêmes, etc.) il s’agit ici que d’un pur aspect visuel, les traits de l’avatar ne vous permettront pas vraiment d’en faire un « top modèle », mais son visuel sera tout de même plaisant.
 
Par contre, en poursuivant la création de votre personnage, les diverses compétences et caractéristiques dues à vos choix seront multiples et cette partie d’affinage se veut particulièrement bien détaillée, cela fera le bonheur des cloneurs.

Ce chapitre de création va forger votre personnage, il n’y a pas de bonne classe ou de mauvaise classe, mais simplement une création de personnage qui vous ressemble, au mieux de l’interface proposée. En tout cas, c’est comme cela que j’envisage les RPG auxquels je joue, une personnification d’un avatar que j’aurais surement aimé être dans un monde existant.

Alors, avant de vous lancer dans l’aventure de Pillars of Eternity II: Deadfire, prenez le temps et la peine de bien peaufiner votre personnage, car votre charisme et « Alignement », voire même la « sous-classe » de votre personnage auront un impact tout au long du jeu, notamment dans le domaine des relations avec les autres PnJ, qu’il ne faudra pas négliger.

 



Cet opus deux, apporte un changement majeur pour le personnage, ainsi vous pourrez le définir avec une simple « classe », comme dans un RPG classique, ce qui vous permettra de développer les compétences du héros au maximum ou alors choisir un personnage « multi-classes », un touche à tout si vous préférez, mais sans pouvoir développer ses capacités nouvelles au maximum.

En gros, vous serez moyen dans de nombreuses compétences.

C’est aussi un choix stratégique et politique, qui peut servir encours de jeu. Si vous voulez mon avis, lors de la constitution de votre équipe, car vous aurez des compagnons à un moment donné, je choisis un héros mono-classe et pour mes compagnons quelque fois des « multi-classes ».

Au début de votre voyage, vous êtes bien seul et c’est au fur et à mesure de vos rencontres et de vos actions, que certains PnJ deviendront des compagnons de voyage. Sachez aussi que le choix vous appartient toujours et que vous pouvez refuser d‘enrôler un compagnon qui se présente.

 



Par son abord épique, Pillars of Eternity II: Deadfire, me fait penser à « Torment Tildes of Numenera », qui requière une profonde qualité, celle d’apprécier les conversations et les descriptions à la Zola ou à la Victor Hugo si vous préférez.

Du détail et du détail, de la description à foison et variée, le tout arrosé de dialogues multiples, cela vous permettra de vous immerger dans la situation et d’affiner votre orientation dans vos décisions et réactions.

Pillars of Eternity II: Deadfire va vous entrainer dans une nouvelle quête initiatique, un périlleux voyage énigmatique et rempli de découvertes et de lieux plus mythiques les uns que les autres. Apres avoir traversé les limbes, vous voici naviguant sur les mers, à la rencontre de votre destin. Mais les dieux ont un œil sur vous et certains réclament vengeance.

Rappelez-vous votre passé. Vous êtes intervenu dans les plans des « Auras » célestes, en modifiant le cours de leur décision.

Après avoir subit un abordage par des pirates qui en voulaient à vos richesses, vous livrerez votre premier combat contre ces bandits sans foi ni loi, grâce à votre expérience du combat vous mettez en déroute ces malfrats des océans, non sans en avoir estourbis quelques uns, un pied de nez à ceux qui ne souhaitent que votre mort.

 



Savourant votre répit à sa juste valeur, il n’en sera que de courte durée, car dans leur courroux, les dieux provoquent une violente tempête, qui retourne votre navire, et l’échoue sur une terre inconnue, en le brisant en mille morceaux.

Votre navire se meurt, ses entrailles ouvertes et béantes laissent échapper un peu de la cargaison, pas vraiment récupérable, et comble de la situation, une partie de votre équipage a été décimée, alors que d’autres se sont égarés.

Vous voici de nouveau pris au piège de votre destiné, sans plus de ressources que celles détroussées sur les cadavres du naufrage et la route sera longue dans votre quête de la vérité, à courir à la recherche d’un dieu, en parcourant les terres et les mers, d’île en île et à la rencontre de civilisations différentes, où le contact sera primordial pour vous faire progresser.

Alors tel un Icare, prenez votre envol, le chemin de la rédemption se veut paver d’embûches et de désolation.

 



Vous ne serez pas seul à prendre en main votre destin, des naufragés rescapés, des compagnons émergeront pour vous accompagner dans votre périple. Bien qu’ils vous épaulent dans vos combats, vous devrez aussi en prendre soin.

Et surtout les amener à leur niveau de compétences qui vous sera utile. Alors, comme un bon père de famille, vous leur procurerez, nourriture, gite, arme, armure et plus encore si affinité, car des romances peuvent éclore.

Bon, Pillars of Eternity II: Deadfire n’est pas non plus « Mass-Effect » ou « The Witcher », ici pas de scènes érotiques ou de BDSM, tout se passera dans le regard et les attitudes des compagnons sous le charme, alors prenez soin d’affiner vos réponses et de développer certaines caractéristiques de votre personnage, notamment dans la relation avec les autres.

Ecoutez vos compagnons, intéressez-vous à leur vie, cela renforcera vos relations.

 

 

Si les compagnons représentent votre première force de frappe, il ne faudra pas négliger non plus votre navire, car une fois rafistolé grâce à des missions secondaires réussies qui vous vaudront, respect et matériel, vous pourrez sillonner les mers afin de vous rendre dans d’autres régions et d’apponter dans des ports, pour y faire le plein de denrées nécessaires à des voyages en mers.

Sans oublier bien sûr, de faire le plein de munitions pour les canons et les armes et d’embaucher au passage quelques matelots et spécialistes divers avec plus ou moins de compétences.

Une fois tout ce petit monde ficelé comme un cuisseau prêt à rôtir en tournant sur sa broche, vous pourrez vous consacrer à votre quête existentielle, car ne l’oubliez pas, vous êtes un « chasseur » de dieux et un Gardien dans l’âme.

Si une grande partie du jeu se consacre à la narration, au point de donner de l’indigestion à ceux qui trépignent d’en découdre avec les ennemis, il serait dommage de zapper cette partie de description et de dialogues qui font le sel même du jeu et qui réduirait l’intérêt du jeu tel qu’il est, un RPG digne de Baldur’s Gate, avec cette petite touche de Next-Gen.

 



Alors que les fébriles des armes se rassurent, la partie narration permettra la compréhension des évènements passés et à venir, tout du moins en tirant partie de vos réactions dans les dialogues, mais le combat sera bien présent et varié, d’autant plus si en début de partie vous avez paramétré le niveau de difficulté et l’évolution de niveau des ennemis, qui peuvent calquer leur puissance sur votre propre évolution. Grosso-modo, vos ennemis suivent votre progression de niveau.

Comme vous dirigez un groupe de compagnons, ne négligez pas le faite de leur imposer vos instructions à l’approche d’un ennemi. Ainsi, ils sauront s’adapter à la situation et au besoin, le jeu va se mettre en pause.

C’est la flagrance même de ce type de RPG, à la moindre alerte, vous pourrez ajuster votre stratégie de combat, en insufflant des ordres variés à vos différents compagnons.

D’autant plus que chacun possède sa propre branche de compétences, dans laquelle vous pourrez puiser les différentes actions à appliquer et en fonction du type d’ennemis.
Les gros bras seront toujours au combat au corps à corps, alors que les magiciens et archers-voleurs, resteront en retrait pour arroser les ennemis de sorts et de flèches.

 



Cette gestion du combat bien pensée, permet ainsi aux novices d’appréhender les combats avec une vision globale du terrain des hostilités. Et si une attaque fait défaut, comme une arme inefficace sur un ennemi ou un sort peu puissant, vous pourrez rectifier le tir comme on dit, en agissant sur la pause-active.

Sachez aussi que les dégâts subits sont en adéquation avec vos caractéristiques de résistances aux dégâts, alors lors de l’augmentation de niveau de votre personnage, prenez soin de bien réfléchir avant de choisir son affectation.

La barre de vie de votre personnage vous guidera sur son degré de résistance au combat, au moindre doute sur sa santé vacillante, il vous faudra agir, car si la barre de vie de celui-ci tombe à zéro, il tombera au combat et risque même d’accélérer l’éradication de tout le groupe.

Si un seul personnage tombe au combat et que le groupe parvient à gagner le combat, alors tout le monde sera sauvé, par un regain de la barre de vie qui se reconstitue normalement ou dans les périodes de repos ou quand chaque individu mange et boit à satiété.

 



Tenez compte quand même que certaines blessures ne guérissent pas d’elles-mêmes. Il faudra un petit coup de pouce, ou de potions pour voir vos personnages ragaillardis.

Le plus simple si votre inventaire demeure quasiment vide, pour cause d’exploration, allez camper à la belle étoile, à utiliser avec parcimonie car vous serez limité en quantité de matériel de camping... ! Et certains emplacements ne conviennent pas à ce type d’activité.

Cela ne parait rien ce repos et certains seront tentés d’y échapper, préférant se ressourcer grâce aux denrées et autres potions, mais que nenni, ce serait une grave erreur. Car entre deux combats, les sorts les plus terrifiants et dévastateurs de vos compagnons magiciens ou prêtres ne se rechargent qu’à ces moments de repos. Et oui, c’est du vécu, ce qui m’a fait perdre une bataille et évidemment, je n’avais pas sauvegardé, pris dans l’envie de découvrir d’autres tableaux.

Pillars of Eternity II: Deadfire, ne fait pas exception à la règle, la partie « artisanat » n’a pas été oubliée, alors ce qui pourrait vous sembler désuet ou de peu d’utilité, risquerait bien de vous garantir un plus dans la fabrication de potions, de parchemins, de nourritures, etc. Il se pourrait que votre vie en dépende.

 



Les planches des décors se veulent plutôt raffinées, les graphismes ne devraient pas essouffler votre carte graphique, c’est plutôt agréable à l’œil, très détaillés, qu’un instant de calme s’impose pour admirer le travail des graphistes.

La musique de fond telle une ballade lancinante devrait de temps en temps vous agacer les oreilles, par le peu de thèmes musicaux, mais cela apportera ce petit plus à l’exploration et aux combats, dommage que les quêtes soient un peu fouillis, j'aurais aimé un suivi ou une sélection plus significative comme dans The Witcher, par esxemple..

Pillars of Eternity II: Deadfire se targue d’un Gameplay à toutes épreuves avec un mécanisme de jeu mitonné aux petits oignons, entrecoupé de combats brutaux et gores, vous irez d’îles en îles et de régions en régions, à la découverte de nouvelles races. Vos choix seront importants et auront un impact sur votre aventure et sur vos relations avec les autres, alors n’hésitez pas à interagir avec les PnJ, de jolies surprises seront mises à jour…

Aux combats musclés, ensanglantés et dévastateurs, s’ajoute donc un scénario bien écrit et à rebondissements, l’envie de découvrir d’autres paysages et de participer à des combats titanesques seront vos pires ennemis, car à la première bouffée de Pillars of Eternity II: Deadfire, votre vie réelle en pâtira.

 

 

Une jolie réussite que cet épisode II, en souhaitant que les DLC additionnels soient de la même trempe.

L'Edition Deluxe inclut un familier, un objet spécifique, un stylo numérique et un guide de démarrage RPG, une carte de jeu en haute résolution, et le volume II du guide numérique.
L’Edition Obsidian est au prix de 74,99 $ pour la version numérique, incluant l'Edition Deluxe, ainsi que les trois premiers DLC pour Pillars of Eternity II, qui coûtent 9,99 $.

La version physique de l’Edition Obsidian coûtera 79,99 $ et comprendra le même contenu que son cousin numérique, mais aussi des récompenses supplémentaires, une carte en tissu de la région Deadfire, un bloc-notes de l'explorateur et un ensemble de cartes postales de l'archipel.

 

 

Test réalisé sur un PC Business/Gamer :

Proc. Intel Core i5 à 3,30 GHz - 16 Go de Ram DDR3 Kingston HyperX - Carte Graphique MSI-GeForce-GTX 980- 4 Go DDR5 - Ecran AOC Incurvé 35" - 21:9 en 2560*1480*160

 

 

SSD Crucial M550 de 512Go + DD 1 To - Windows 10 Pro en 64 Bits - Clavier Steelseries-Apex - Souris Gaming Razer Epic Naga Chroma- Tapis de souris The G-Lab - Hub Roccat-Apuri -

Key-Pad Razer Nostromo - Ensemble audio Logitech 2.1- Z523 Casque-Micro SteelSeries Syberia V3-Prism.

Copyright © *2018* *le Journal de la Next-Gen*, All rights reserved.

Note: 9.00 (2 votes) - Noter cet article -




Autres articles
23/10/2018 14:30:00 - FireProof Email Analysis : Service d’évaluation des menaces par email
23/10/2018 14:00:00 - Habemus Piratam : Polar au coeur du Cybercrime.
23/10/2018 13:30:00 - The Caligula Effect: Overdose : Trailer de Gameplay
23/10/2018 13:00:00 - 65% craignent de se faire « voler » leur identité numérique
22/10/2018 15:00:00 - Torchlight Frontiers : A-RPG aux armes uniques et monde partagé.
22/10/2018 14:30:00 - Gestion de comptes à privilèges : PME en danger.
22/10/2018 14:00:00 - We. The Revolution : Soyez le juge de la Révolution Française.
22/10/2018 13:30:00 - CDIP : Idées originales de cadeaux pour nos aînés
22/10/2018 13:00:00 - Webcam-YouCam 8 : Appels vidéo et diffusion en direct
19/10/2018 15:00:00 - Hitman 2 : Une première victime.

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Publicité
helixee

helixee


Votre cloud personnel sécurisé et réseau social privé






© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité