Enregistrez-vous sur www.info-utiles.fr    Connexion
    
Menu principal
Navigation dans les sujets

Jeux Vidéo : Transport Fever : la révolution du transport ne tient qu’à vous.
Posté par JerryG le 14/11/2016 12:00:00 Articles du même auteur

A y regarder de plus près, je me demande si le jeu de simulation ne renaît ’il pas de ses cendres, après de bien belles années à défier les magnats de la Terra-formation et les pionniers du transport en commun, sous toutes ses formes d’ailleurs. ?

Eh bien, si j’en crois les petits Architectes de Urban Games et les démolisseurs de Gambious Digital Enteraimnent, ce serait une vérité, le jeu de simulation (ferroviaire, aérienne, terrestre, etc.) a toujours fasciné les capitaines d’industrie. Cela tombe bien, car voici fraîchement sorti de ses hangars de construction, Transport Fever.

 



Transport Fever place le joueur au cœur de l’économie de la ville, où il aura la charge de développer le système de transport le plus adéquat et le plus innovant, sans oublier ou négliger le Façonnage de la cité, qui a d’énormes besoins humains et commerciaux. Bien sûr, en tant que tel, il vous faudra entretenir et développer les infrastructures, anticiper les nouveaux usages et imaginer d’élégants flux de transit, performants.

Vous ne vous cantonnerez pas uniquement sur terre, mais la mer et les airs ont aussi de grands besoins dans le domaine de l’acheminement des marchandises et des passagers. Alors vous l’aurez deviné, il vous faudra être au four, au moulin, au magasin et surtout faire du pognon, pour assouvir vos envies de mégalomane.

Si le transport en règle générale, donne vie aux villes qu’il desservit, et façonne à son image les villes et paysages qu’il traverse, l’économie sera sans nul doute aussi au cœur de la gestion de votre petite PME, car vous démarrez en l’an 1930, il va vous falloir tout faire et défaire en partant de zéro, juste avec un petit pécule de départ, héritage de vos parents. ?. Nan, vos relations vont vous offrir du capital via des sponsors. Mais attention aux dépassements de budget, quelque prêts seront accordés, mais à la hauteur de leur patience.

 

 

Bien souvent au cœur même de la ville et de la vie urbaine, le transport tel un volcan, vomi sa bile de passagers en flots ininterrompus, alors prévoyez les flux et reflux de la marée humaine et des montagnes de marchandises, issues des contrats que vous aurez obtenus, mais attention, il va falloir assumer vos choix et tenir vos engagements. Et si cela ne vous suffisait pas, tout au cour de votre progression, vous pourrez accepter des missions secondaires, des bonus vous y attendent.

Transport Fever, qui vous donne les rênes du pouvoir, d’imaginer, de concevoir et de réaliser les réseaux de transport les plus rationnels tout en développant l’existence d’une civilisation d’un nouveau genre, est-il la simulation de transport innovante voire révolutionnaire que tous joueurs attendent ?, alors prenez votre ticket en 1ere classe et montez dans les trains...

Transport Fever, c’est un peu la suite de Train Fever, une simulation ferroviaire, mais cette fois, vous devrez agir sur les transports à la fois, fer, mer et air, afin d’asseoir votre empire comme magnat du Transport. A vous les « brousouffes », les pépètes, le pognon en quelque sorte, car la vie d’un capitaine d’industrie, il n’y a que le pognon, l’amour venant avec.

 



Transport Fever, offre un système de construction de routes et de rails largement amélioré, des possibilités inédites par bateau et avion, un mode campagne, une meilleure interface utilisateur : un nouveau cap est franchi dans le jeu de gestion.

Mais ne mettons pas les wagons avant la locomotive, apprenez à manipuler les mécanismes du jeu et examinez les dites fonctionnalités, grâce au tutorial d’initiation, et autant le dire, ce modèle se veut un exemple et à la fin de celui-ci, vous serez armé pour affronter l’Ouest et l’Est sauvage des plaines arides ou luxuriantes. Enfin je m’égare.

Par la terre, les airs ou la mer, Transport Fever condense plus de 150 ans de techniques et de technologies avec pas moins de 120 trains, avions, bus, trams et camions particulièrement détaillés. Tous ces moyens de transport vieillissent à mesure que le temps passe, alors pensez à allouer du budget pour les réparer, voire les remplacer, car un transport qui tombe en panne, et c’est la catastrophe dans votre plan comptable.

 



Il faudra donc savoir réparer et/ou améliorer les infrastructures pour contrecarrer les affres du temps et relier les chaînes de fret pour assurer un développement économique suffisant, durable et ainsi envisager la création puis la croissance d’un véritable empire du transport.

Au fur et à mesure de votre avancée, voyez loin et grand, car à l’échéance, vous pourrez répondre aux futurs flux et usages des besoins. Toutefois, l’erreur pourra être réparée ou tout du moins modérée, à l’instar d’un bâtiment mal placé qui devra pour renaître, passer par un bulldozer. On se rassurera, ici je ne parle pas des membres d'une organisation blanche raciste brutalisant les Afro-Américains, Bulldoze, signifiant : « intimider, maltraiter, violenter ».

Non, ici, il s’agira de destruction de masse, et les doigts et/ou pelle d’un tel engin, vous feront gagner du temps et de l’argent, car dès qu’un bâtiment quel qu’il soit a été positionné, il vous sera impossible d’en changer l’orientation. Alors quand vous placer un bâtiment, pensez à l’avenir, c’est-à-dire à l’expansion de la ville et du trafic.

 



Stations de métro, ports, aéroports, nœuds commerciaux : c’est vous le maître d’œuvre, vous êtes donc libre de construire votre propre réseau en prenant en compte, l’évolution du monde, des villes et des pratiques de la population. Améliorer et réparer ses infrastructures, connecter les flux pour maximiser sa croissance économique : Transport Fever implique la constitution d’un véritable empire du transport.

Afin de vous aider dans votre tâche de bâtisseur et de gestionnaire comptable, vous pourrez faire appel à des menus plutôt bien détaillés et complets, car même si le jeu n’a pas été localisé dans notre belle langue française, les menus et autres tableaux ont été localisés. Une aide précieuse aux futurs magnats qui n’ont pas forcément fait HEC ou Polytechnique. En un mot, l’interface du jeu se veut claire et d’appréhension très aisée.

Vous aurez la possibilité de choisir votre mode de jeu, l’initiation, le mode Campagne qui fait la part belle à l’aventure et aux défis multiples, tout en respectant la chronologie historique, tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Quant au mode Infini, laissez votre libre arbitre vous guider et assouvissez vos envies les plus folles, voire les plus invraisemblables.

 



Si les outils de construction de Transport Fever sont si flexibles et simplifiés que vous pourrez construire quasiment n’importe où, grâce à un outil de construction des plus puissants et intuitif jamais implanté dans un jeu vidéo de cette trempe. Mais vous resterez l’architecte de vos constructions, car ce splendide outil ne sera que le prolongement de votre imagination.

Quel que soit le terrain différent à chaque fois dans les parties, vous pourrez modifier le tout, suivant vos besoins et à défaut, je vous rappelle qu’il existe une compatibilité de ce jeu avec le Steam-Workshop, la caverne des contenus additionnels qui au fil du temps s’étoffera grâce à la communauté. Vous pourrez y puiser de nouvelles ressources de jeu.

Si les graphismes restent plutôt jolis, la valeur du zoom va vous étonner, vous serez au plus près de l’activité humaine et je me suis surpris à me promener en ville, juste pour le plaisir d’admirer le nombre impressionnant de bâtiments et la diversité de la marée humaine, sans oublier le trafic incessant des voitures et autres transports en commun.

 



C’est ici, que vous comprendrez la nécessité d’harmoniser les transports publics afin de rendre votre ville plus fluide, plus leste. Ce sera aussi plus facile de concocter des lignes de transport plus à même de répondre aux besoins des citadins et de la distribution des marchandises.

Il vous faudra quelques années écoulées après de lourdes dépenses et de nombreux investissements en moyen pour voir fleurir les premiers résultats. Il va s’en dire que coup d’œil de temps en temps sur votre tableau de bord financier ne sera pas inutile. Car après n’avoir pas lésiné sur la marchandise, vous pourrez rationaliser vos lignes de transport, supprimez, modernisez et rallongez les tournées des bus et autres tramways, vous ferons flirter avec une belle croissance.

Vous l’aurez compris, Transport Fever est donc une passionnante et stimulante simulation de transport de nouvelle génération, ravivant la flamme allumée par un certain Transport Tycoon, qui a fait les choux gras des joueurs, à son époque la Next-Gen est aussi passée par là et le résultat est à la hauteur des attentes de joueurs de simulation..

 



Quand à la musique de fond (jazz, country), qui se veut entraînante et variée, contribuera à l’immersion dans le jeu et des effets spéciaux plus éloquents comme les sifflets des trains n’auraient pas desservi l’ambiance générale, bien sûr à défaut, écoutez vos propres bandes musicales pendant que vous jouez. On retiendra surtout l’interface de création de voies plutôt géniale et la puissance des tracés de routes, rails, ponts, qui en un clin d’œil simulent les parcours.

Une fois bien pris en main, Transport Fever se veut un vrai régal pour le joueur, ici tout a été pensé et fait pour que le plaisir de jouer soit le plus sympathique possible en poussant le joueur à opter pour les défis secondaires et asseoir ainsi un empire du transport, digne de ce nom. Alors, prenez le temps de vous occuper des défis additionnels, comme rechercher des pépites d'or ou des trésors enfouis.

Transport Fever signe ici le renouveau de la simulation de transport et il serait dommage de passer outre, surtout qu’avec ses différents modes de jeu (Campagne – défi), vous êtes parti pour des dizaines et de dizaines d’heure de construction/simulation, passionnantes et variées.

Jusqu’à la sortie officielle du jeu, les développeurs n’ont cessé d’apporter des correctifs et des améliorations, signe que les pères géniteurs, suivent leur bébé, afin d’apporter aux joueurs, que du plaisir à jouer.

 

 

Test réalisé sur un PC Business/Gamer :

Proc. Intel Core i5 à 3,30 GHz - 16 Go de Ram DDR3 Kingston HyperX - Carte Graphique MSI-GeForce-GTX 980- 4 Go DDR5 - Ecran AOC Incurvé 35" - 21:9 en 2560*1080*160 - SSD Crucial M550 de 512Go + DD 1 To - Windows 10 Pro en 64 Bits - Clavier Steelseries-Apex - Souris Gaming SteelSeries-Riva-500- Tapis de souris SteelSeries-Dex - Hub Roccat-Apuri - Ensemble audio Logitech 2.1- Z523 Casque-Micro SteelSeries Syberia V3-Prism.

 

 

Note: 10.00 (1 vote) - Noter cet article -




Autres articles
18/7/2019 15:00:00 - MXGP-2019 : Trailer et nouveautés.
18/7/2019 14:30:00 - Un siège parfaitement adapté aux Gamers
18/7/2019 14:00:00 - GloomHaven : Accès anticipé et trailer de lancement
18/7/2019 13:30:00 - Des applications du Google-Play-Store traquent les utilisateurs.
17/7/2019 15:00:00 - Where the Water Tastes Like Wine : Aventure Underground.
17/7/2019 14:30:00 - En Vacances : Quelques conseils pour plus de sécurité
17/7/2019 14:00:00 - Train Sim World 2020 : 15.08 sur PC et consoles.
17/7/2019 13:30:00 - Next-Gen et sécurité : Les Français(es), bons élèves ou non ?
16/7/2019 15:00:00 - Trine: Ultimate Collection : PC, consoles et Switch cet automne
16/7/2019 14:30:00 - God Eater 3 : Disponible sur Switch.

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.



Facebook
facebook
Bitdefender



www.bitdefender.fr

Bitdefender






© 2008 info-utiles.fr - Tous droits réservés  |  hébergé par www.iloclic.com   - règles de confidentialité